Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

63 tonnes d’engins fantômes retirés de l’océan Atlantique canadien

Laurence Dami-Houle
Initiative de journalisme local - Le Portageur
Article réservé aux abonnés
Plus de 63 tonnes d’engins fantômes, « l’équivalent du poids de 11 éléphants », ont été retirés de l’océan Atlantique en 2020, a annoncé le ministère des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

Environ 86 % des engins récupérés étaient des casiers et des cages utilisés pour la pêche au homard et au crabe. Plus de 3200 mètres de corde, « la longueur équivalente à 32 terrains de football », provenant de filets et de palangres ont complété ce bilan diffusé dans un communiqué.

Le Fonds pour les engins fantômes, lancé par le gouvernement fédéral en janvier 2020, s’est d’abord concentré dans le Canada atlantique. La grande majorité des engins perdus, abandonnés ou rejetés a été repêchée dans la baie de Fundy et dans les eaux côtières de la Nouvelle-Écosse (80 %), tandis que 14 % ont été retirés du golfe du Saint-Laurent et 6 % au large de Terre-Neuve-et-Labrador.

Le programme de récupération des engins fantômes vise aussi à redonner les engins de pêche perdus à leur propriétaire. Plus de 100 engins marqués ont été réclamés par les pêcheurs et 25 autres ont été abandonnés par leurs propriétaires, « ce qui a permis au ministère de les éliminer en toute sécurité ».

Les engins fantômes représentent l’une des principales causes de pollution marine. Les cordages de pêche, notamment, constituent un des premiers motifs de mortalité chez les baleines noires de l’Atlantique Nord. La récupération des équipements de pêche fantômes reprendra dans la région atlantique au printemps, avant l’ouverture des saisons de pêche.

+