Insolite

«The Donald» ou quand Trump est la muse d'un peintre albanais

TIRANA — Donald Trump en Rambo, en lutteur ceinturant Barack Obama, en géant triomphant des médias ou en Jésus crucifié : un peintre albanais consacre au président américain, son «idole», une cinquantaine d'oeuvres actuellement exposées à Tirana, capitale de l'Albanie.

Pour expliquer sa démarche, Avni Delvina, 61 ans, invoque une citation qu'il attribue à George Orwell : «En ces temps de tromperie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire».

Car à ses yeux, Donald Trump est bien le valeureux combattant qu'il prétend être, en lutte contre les fake news.

L'artiste est un admirateur assumé des Républicains américains. Mais Donald Trump, si impopulaire dans une large frange de l'opinion publique internationale, trouve une place particulière dans son coeur.

«L'opération orchestrée par les médias internationaux contre Donald Trump après sa victoire, m'a poussé à monter cette exposition», dit le peintre qui, dans cette exposition baptisée The Donald, présente 46 oeuvres qui «ne sont pas à vendre». «Cette exposition n'a pas de prix», dit-il.

«C'est un travail de deux ans né d'une forte indignation face aux attaques contre une personne, un esprit libre comme Trump», «la politique internationale avait besoin de l'oxygène de Trump», dit tout souriant l'artiste qui a aussi peint l'épouse du président, Melania Trump, en Joconde.

Les Albanais sont animés d'un fort sentiment pro-américain qui profite aussi à Donald Trump. Et près de Tirana, une commune de banlieue, Kamza, a donné à un boulevard le nom du président des États-Unis.

Insolite

En Égypte, la statue de Ramsès II illuminée par le soleil

LE CAIRE — La statue du pharaon Ramsès II a été illuminée vendredi à l'aube par les rayons du soleil à Abou Simbel, dans le sud de l'Égypte, un phénomène qui ne se produit que deux fois par an.

Les deux temples d'Abou Simbel, taillés dans le rocher sur une colline surplombant le Nil, en Haute-Égypte, se situent à 200 km au sud d'Assouan.

Dédiés à Osiris et Isis, ils ont été construits par l'un des plus célèbres pharaons, Ramsès II, qui régna sur l'Égypte entre 1.279 et 1.213 av. J.-C. Plusieurs visiteurs, dont des responsables égyptiens et un groupe d'ambassadeurs africains, ont observé la statue de Ramsès II éclairée par le lever du soleil, selon un communiqué du ministère du Tourisme.

Des rayons de soleil traversent la sombre chambre du Grand Temple de Ramsès II illuminant la statue du pharaon, chaque année les 22 février et 22 octobre.

Les historiens pensent que l'alignement solaire du temple, vieux de 3.000 ans, devait marquer la naissance et le couronnement de l'ancien roi.

Conduite par la ministre du Tourisme Rania al-Mashat et le ministre des Antiquités Khaled al-Enani, la visite du site vendredi s'inscrivait dans le cadre des efforts visant à stimuler le tourisme, frappé par des années de crise depuis le soulèvement populaire de 2011.

L'Égypte cherchant par ailleurs à renforcer son influence sur le continent, cette visite intervient également deux semaines après que le président Abdel Fattah al-Sissi a pris la présidence tournante de l'Union africaine pour 2019.

Abou Simbel constitue l'un des joyaux de l'ancienne Nubie, dont les frontières s'étendaient le long du Nil, partageant son territoire entre l'Égypte et le Soudan actuels.

Ce célèbre complexe antique, prisé par les touristes, a été sauvé de la montée des eaux du Nil il y a environ 50 ans.

Insolite

Las Vegas recouverte d’un tapis de neige [PHOTOS]

LAS VEGAS - Une tempête hivernale a provoqué une rare chute de neige à Las Vegas, recouvrant les marquises des casinos et inspirant les fêtards à construire un bonhomme de neige près du célèbre panneau «Welcome to Las Vegas».

La neige - un total d’un demi-pouce (1,3 cm) - a commencé à tomber tard mercredi. Il s’agissait de la première chute de neige importante à l’aéroport international McCarran en dix ans, selon le National Weather Service.

Certaines régions de banlieue étaient d’un blanc éclatant après avoir reçu plusieurs centimètres de neige.

Le météorologue Chris Outler a toutefois précisé qu’il était tombé bien moins que les 9,1 centimètres enregistrés à l’aéroport le 17 décembre 2008.

La neige a eu des répercussions sur les vols à l’aéroport et la circulation sur les autoroutes.

Certains retards de vol ont dépassé les deux heures, a indiqué la Federal Aviation Administration.

L’avocat Al Lasso, qui a quitté le New Jersey pour s’installer à Las Vegas il y a 25 ans, a pris une photo d’une règle plongée dans plusieurs centimètres de neige sur son patio arrière, dans la communauté de Summerlin.

«Quand il neige dans le New Jersey, tout le monde reste à l’intérieur. Quand il neige à Las Vegas, tout le monde sort et fait des anges de la neige», a témoigné M. Lasso. «Beaucoup de gens n’ont jamais vu la neige ici.»

Les météorologues estiment que les quantités de neige pourraient atteindre 3 pouces d’ici vendredi dans les banlieues ouest et sud, mais la pluie pourrait réduire l’accumulation.

+

Insolite

Nike affectée par la blessure de la vedette du basketball NCAA Zion Williamson [VIDÉO]

NEW YORK - L’image de l’équipementier sportif Nike était affectée jeudi après la blessure spectaculaire d’une future vedette de basket-ball, dont la chaussure de sport s’est déchirée lors d’un match à haut enjeu auquel assistait notamment Barack Obama.

Zion Williamson, joueur de l’université de Duke et annoncé comme la future méga vedette de la ligue professionnelle de basket nord-américain (NBA), s’est blessé dans la nuit de mercredi à jeudi 40 secondes seulement après le début de la rencontre opposant son équipe à l’université de Caroline du Nord.

Sa chaussure a littéralement explosé sur un changement d’appui, provoquant une glissade du joueur qui s’est tordu le genou, selon les images de la chaîne de télévision ESPN, qui diffusait la rencontre.

Il est ensuite sorti du terrain en boitant et n’est plus revenu sur le parquet, envoyant une onde de choc dans le sport américain, d’autant plus que la rencontre entre Duke et l’université de Caroline du Nord - où a joué Michael Jordan - est l’un des moments phares de la saison de basketball universitaire (NCAA) en raison de la rivalité légendaire entre les deux écoles.

«J’espère que le jeune homme va bien!», a réagi la vedette planétaire du basket Lebron James, ambassadeur de Nike à qui Zion Williamson est souvent comparé. «Il a littéralement explosé sur sa chaussure», a ajouté «King James» sur Twitter.

«Zion Williamson semble être à la fois un jeune homme extraordinaire et un joueur de basketball exceptionnel. Je lui souhaite un prompt rétablissement», a pour sa part tweeté Barack Obama, qui a assisté au match comme de nombreuses célébrités.

Alors que les images de la blessure étaient rediffusées sur les chaînes de télévision et reprises sur les réseaux sociaux, les regards se sont tournés vers Nike, qui a un contrat d’exclusivité de 12 ans avec l’équipe de basketball de Duke.

«Même si ceci est un fait isolé, nous nous attelons pour comprendre ce qui s’est passé», a déclaré Nike, dans un courriel à l’AFP.

À Wall Street, l’action reculait de 0,89 $ (1,05%) en début d'après midi..

Cet incident tombe au plus mal pour la marque à la virgule, qui est engagée dans une bataille avec Adidas et Under Armour afin d’attirer les futures grandes vedettes du sport.

Zion Williamson est présenté par les experts et la presse américaine comme le visage futur de la NBA. À 18 ans, il affiche déjà 2,4 millions d’abonnés sur Instagram.

+

Insolite

DC Comics forcé de larguer une BD de super-héros mettant en vedette Jésus

NEW YORK - L’éditeur de bande-dessinée DC Comics a renoncé à publier un album imaginant le retour de Jésus sur terre et sa collaboration avec un super-héros, après une pétition l’accusant de blasphème qui a recueilli plus de 200.000 signatures.

Le «comics», intitulé «Second Coming» («Deuxième venue»), ne sera finalement mis en rayons le 6 mars par la maison Vertigo, filiale de DC, comme prévu initialement, a confirmé mardi à l’AFP une source proche du dossier.

Sollicité par l’AFP, DC, qui contrôle les droits de Superman, Batman ou Wonder Woman, s’est refusé à tout commentaire.

Dans un entretien au site Syfy Wire, l’auteur de l’album, Mark Russell, a expliqué que DC lui avait demandé des modifications importantes, qu’il a refusées.

Il a attribué cette requête à la pétition demandant le retrait de l’album, accusé de «blasphème». Celle-ci avait recueilli mardi plus de 234.000 signatures sur le site conservateur CitizenGo.

Dans «Second Coming», Jésus-Christ est renvoyé sur terre par Dieu et associé à un super-héros nommé Sun-Man qui doit l’aider à s’aguerrir.

Pétition

La pétition a été lancée après la publication, début janvier, d’articles par les sites internet des chaînes de télévision Fox News et CBN (Christian Broadcasting Networkd), fondée par le télévangeliste Pat Robertson.

«‘’Second Coming’’ est plus proche du blasphématoire que du biblique», a écrit Emily Jones, l’une des productrices de CBN, dans un article daté du 8 janvier, au sujet de la série dont les textes ont été écrits par Mark Russell et les illustrations réalisées par Richard Pace.

«Les fondamentalistes religieux et les critiques qui essayent d’empêcher (la parution de) +Second Coming+ ne cherchent pas tant à protéger le Christ qu’à contrôler son message», a estimé Mark Russel sur le site Syfy Wire.

«Ils soupçonnent sans doute (à raison) que ce n’est pas le Christ qui est parodié», a-t-il ajouté, «mais eux-mêmes et leur façon de transformer son message de miséricorde envers les démunis en un instrument au service des puissants.»

Mark Russell a indiqué que DC et Vertigo avaient accepté de libérer les droits de «Second Coming», que l’auteur prévoit de faire publier par un autre éditeur.

Selon lui, six albums de la série sont déjà prêts.

Mode

Burberry retire un sweat-shirt accusé d’inciter au suicide

LONDRES - Burberry a annoncé mercredi avoir retiré de sa collection automne/hiver 2019-2020 un sweat-shirt à capuche accusé d’encourager le suicide et a présenté ses excuses.

En cause, l’utilisation d’un noeud coulant en guise de fermeture de capuche sur un sweat-shirt marron glacé lors du défilé de l’emblématique maison de mode britannique dimanche à la Fashion Week de Londres.

Le mannequin Liz Kennedy a tiré la sonnette d’alarme en publiant lundi sur Instagram une photo du vêtement incriminé, accompagnée d’un message où elle déclare notamment: «Le suicide n’est pas fashion».

«Je ne comprends pas comment vous avez pu laisser un pareil look avec un noeud coulant au cou défiler sur le podium (...) en particulier dans une collection destinée à des jeunes filles, à une jeunesse impressionnable», s’est-elle insurgée, s’adressant au directeur artistique Riccardo Tisci, qui présentait sa deuxième collection pour Burberry.

La jeune femme, qui dit avoir eu l’expérience du suicide dans sa famille, a elle-même défilé pour le créateur dimanche, ce dont elle dit avoir «honte». Elle a affirmé avoir exprimé son malaise dans les vestiaires : «J’ai eu une brève conversation avec quelqu’un, mais seulement pour m’entendre dire: ‘‘C’est ça la mode. Tout le monde se fiche de tes états d’âme alors garde les pour toi’’».

Le directeur général de Burberry Marco Gobbetti s’est dit dans un communiqué «profondément désolé pour le malaise causé par l’un des articles» de sa collection «Tempest». «J’ai appelé Mme Kennedy pour m’excuser dès que j’ai eu connaissance de cela lundi et nous avons immédiatement retiré le produit et toutes les images associées». Selon lui, «le design était inspiré du thème marin, mais c’était un manque de sensibilité et nous avons commis une erreur».

Ricardo Tisci s’est dit «profondément désolé du malaise causé» par cette affaire. «Je n’ai jamais eu l’intention de blesser qui que ce soit. Cela ne reflète pas mes valeurs ou celles de Burberry», a-t-il assuré.

+

Insolite

À l’approche du sommet Kim-Trump, le Vietnam craque pour leurs coupes de cheveux

HANOÏ - À une semaine du sommet Donald Trump-Kim Jong Un organisé à Hanoï, le Vietnam se met au diapason de l’évènement, d’un peintre faisant des portraits des deux hommes à un coiffeur proposant leurs coupes de cheveux.

«Ces trois derniers jours, j’ai fait 200 coupes de cheveux dans le style de Kim, contre seulement cinq dans le style de Trump», explique à l’AFP le coiffeur Le Tuan Duong, dans son salon déjà envahi mercredi par les médias.

Le dirigeant nord-coréen doit réaliser son premier voyage au Vietnam pour participer à un sommet avec le président américain Donald Trump les 27 et 28 février.

«Je fais ces coiffures gratuitement parce que ce sommet me plaît», assure le coiffeur de Hanoï.

Ce sera la seconde rencontre des deux dirigeants, et Washington espère bien faire avancer à cette occasion la cause du démantèlement des arsenaux nucléaire et balistique de Pyongyang.

Pendant ce temps, parmi les clients du coiffeur de Hanoï mercredi, Trinh The Phong, chanteur, assure: «J’admire Kim alors j’ai changé ma coupe de cheveux».

De l’autre côté de l’échiquier, un autre client, Vuong Bao Nam, lui aussi chanteur, s’est fait décolorer les cheveux en blond et coiffer comme Trump. «Pour moi, Trump est un homme excellent et c’est pour ça que je veux sa coupe de cheveux».

Un peintre vietnamien a lui aussi flairé le filon et s’est mis à peindre des portraits du président américain et du leader nord-coréen.

«Je voudrais vraiment que les deux leaders, ou au moins l’un d’eux, viennent ici pour voir mon travail», explique l’artiste Tran Lam Binh, recevant l’AFP dans un café de Hanoï où il travaille.

Pyongyang n’a toujours pas confirmé la tenue du sommet avec M. Trump. Toutes les informations pratiques sont venues de la Maison-Blanche, et les détails sur la visite du très secret dirigeant nord-coréen restent inconnus.

Actualités

Une olive cachée coûte 6000 $

Une olive non dénoyautée dissimulée sous des feuilles de laitue a causé une fracture à une molaire à un client du restaurant Mamma Teresa de Chelsea, qui a été condamné à lui verser une indemnité de plus de 6000$.

Une salade italienne est en cause dans cette histoire qui remonte à février 2016, qui s’est conclue par une décision rendue l’été dernier par le juge de la Cour du Québec Gabriel de Pokomandy.

Insolite

Choupette, chatte birmane, «centre du monde» de Karl Lagerfeld

PARIS - Avec près de 50.000 abonnés sur Twitter et plus de 122.000 sur Instagram, Choupette, la chatte birmane de Karl Lagerfeld, est presque aussi connue que son illustre maître qui lui vouait un véritable culte.

Héroïne de livre, égérie de campagnes de publicité, «rédactrice en chef» d’un jour pour des magazines ou encore à la tête d’une collection d’accessoires félins, la chatte ultra-gâtée du couturier est entrée dans sa vie en 2011.

«Choupette est le centre de mon monde. C’est une sorte de Greta Garbo. Elle a quelque chose d’inoubliable, dans sa façon de se mouvoir. Elle inspire par son élégance et son attitude», disait le couturier.

«Cette chatte appartenait à un ami qui a demandé à ma domestique si elle pouvait s’en occuper durant ses deux semaines de déplacement. À son retour, il n’a pas récupéré Choupette. Il a eu un autre chat, qui est devenu gros et Choupette est devenue le chat le plus célèbre du monde, mais aussi le plus riche», a confié Karl Lagerfeld dans Vanity Fair.

Sur «Le Divan» de Marc-Olivier Fogiel, Karl Lagerfeld avait assumé cette relation très spéciale: «ça me fait rire à mon propre sujet, mais après tout ça n’encombre personne et ça ne gêne personne!».

«Choupette est une fille riche. Elle a sa propre petite fortune. S’il m’arrive quelque chose, la personne qui s’en occupera ne sera pas dans la misère», avait-il précisé.

Le couturier a expliqué plusieurs fois qu’il n’avait pas touché aux sommes rondelettes (plus de 3 millions d’euros, selon diverses sources) que Choupette aurait générées en participant à des publicités.

Agent artistique de sa chatte, Karl Lagerfled refusait toutefois des publicités pour des produits alimentaires.

«Elle est trop sophistiquée pour ça! Elle a quelque chose d’unique. Elle est comme un être humain, mais avec une qualité : le silence», ajoutait le couturier.

Karl Lagerfled avait attribué à Choupette deux dames de compagnie et un garde du corps. L’animal prenait ses repas à table avec son maître, dans des plats en argent, préférant la musique sud-américaine à l’opéra, et détestant les voix aiguës, selon le livre «Choupette, la vie enchantée d’un chat fashion» (Flammarion), sorti en 2014.

En juin 2015, Brigitte Bardot avait écrit une lettre à Choupette pour lui demander de «ronronner à l’oreille» de son maître afin «qu’il cesse d’utiliser de la fourrure dans ses collections».

L’ardente militante de la cause animale avait déjà écrit un message à Choupette, en réponse à l’envoi d’un chèque par le couturier à la Fondation Brigitte Bardot, à l’occasion des 80 ans de la star.

À LIRE AUSSI : Mort de Karl Lagerfeld, vedette planétaire de la haute couture [VIDÉO + PHOTOS]

+

Insolite

En Russie, des amateurs de bains de jouvence dans des rivières et lacs gelés [PHOTOS]

MOSCOU — Viktoria Tsouranova s’immerge dans le bassin creusé dans l’épaisse couche de glace qui recouvre le fleuve, esquisse quelques brasses et lance un grand sourire au photographe venu immortaliser la prouesse pour son compte Instagram.

Avec les membres de son club de la banlieue de Moscou, cette blogueuse appartient à une nouvelle génération de «morses», ces Russes endurcis amateurs de bains dans les rivières et les lacs gelés pendant l’hiver, dans de l’eau où la température ne dépasse pas les 4° Celsius.

Depuis des décennies, cette pratique a été associée à une image virile d’homme fort et le plus souvent d’âge mûr.

Mais désormais de jeunes Russes, à l’image de Viktoria Tsouranova, s’emparent de cette tradition pour en faire une activité branchée aux sensations fortes, en plein air, et présentée comme bonne pour la santé, bien que les médecins soient partagés sur ce point.

«Un mode de vie sportif, c’est tendance», assure Nikolaï, autre membre du club «Morses de la capitale», en buvant du thé d’églantier avec du miel. Il vient de se plonger dans un bassin en forme de L creusé dans la glace de la rivière Moskova, par des températures relativement douces de -2° Celsius.

Viktoria Tsouranova, une blogueuse spécialisée dans le fitness, met en ligne une photo et une vidéo de sa séance de natation glaciale pour les plus de 100.000 abonnés de son compte Instagram.

«Je suis intéressée par ce qui est extrême, par le fait de tester des choses par moi-même. Chaque fois, j’ai peur», confie-t-elle, en tremblant légèrement dans son manteau de fourrure enfilée après la plongée.

Elle assure ne jamais tomber malade en hiver grâce à cette pratique. Et «c’est aussi un super moyen d’empêcher l’apparition de graisse et de cellulite», affirme-t-elle.

Plus nuancée, la Fédération russe de natation d’hiver, basée à Tioumen, en Sibérie, souligne que nager dans l’eau glaciale est bénéfique pour les articulations et la peau. Mais elle prévient aussi que les personnes ayant un coeur faible ou des problèmes de respiration ne doivent pas s’y risquer.

Selon une étude réalisée par des scientifiques de Tioumen en 2015, après dix ans de pratique, cela devient même dangereux pour la santé.