Le commandant de l’escadron 439, major Steve Siket, et le commandant de la 2e Escadre, colonel Luc Guillette.

Inondations: des militaires de la base de Bagotville en renfort

Des militaires de la base de Bagotville sont présentement déployés dans les régions de Montréal, de l’Outaouais et du Nouveau-Brunswick afin d’apporter du soutien logistique aux sinistrés des inondations dans ces secteurs durement touchés par la crue des eaux.

Des troupes de la 2e Escadre (expéditionnaire) participent depuis quelques jours à la force opérationnelle aérienne en soutien à la force interarmées de l’Atlantique. Deux forces opérationnelles constituées de neuf militaires en tout sont déployées. La première équipe prête main-forte à la base de Longue-Pointe, dans l’est de Montréal, et la seconde équipe s’est rendue à Gagetown, au Nouveau-Brunswick.

« Les deux équipes sont en charge de coordonner les vols de Griffon, les vols de Hercules, les vols de reconnaissance dans les lieux qui sont affectés [par des inondations]. On donne un aperçu aux troupes au sol de la situation vue des airs pour qu’elles prennent action selon ce qu’on a détecté dans les airs », explique le commandant de la 2e Escadre, le colonel Luc Guillette.

Prêts pour des sauvetages

L’escadron 439 de la 3e Escadre a aussi envoyé un hélicoptère Griffon à Saint-Hubert dimanche en vue d’effectuer de la surveillance aérienne, et, au besoin, de procéder à des opérations de sauvetage par la voie des airs en Montérégie et dans la région métropolitaine, mais aussi en Ontario ou au Nouveau-Brunswick. L’équipage est constitué de deux pilotes, un ingénieur de vol ainsi que deux techniciens en recherche et sauvetage.

« On est capable de faire des sauvetages sans atterrir, mais on va aussi faire de la surveillance du niveau des eaux. On essaie de prévoir où l’eau pourrait monter, mais notre rôle primaire, notre but ultime, c’est de sauver du monde qui sont dans le besoin », indique le commandant de l’escadron 439, le major Steve Siket. Un deuxième équipage est actuellement en préparation afin de se rendre en zones sinistrées si le besoin se fait sentir. « On prépare une relève afin de prendre le relais toutes les semaines ou aux deux semaines, tout dépendant de la longueur de cette mission », ajoute le major Siket.