Innover pour la relève

Grâce à son climat nordique, le Saguenay-Lac-Saint-Jean est un terrain intéressant pour la relève agricole. De plus en plus de recherches tendent à démontrer que le positionnement de la région amène des spécificités particulières à l'agriculture, alors que le consommateur recherche de plus en plus des produits spéciaux.
« Il y a certaines cultures particulières que nous ne pouvons faire qu'ici. C'est là où l'innovation devient importante. Et nous avons la chance d'avoir un milieu qui se mobilise pour la relève », martèle Michèle Lalancette, présidente de la Fédération de la relève agricole du Québec.
Tel est le message qui a été lancé, mardi, à Alma, alors que se déroulait le tout premier Grand rendez-vous de la relève agricole où quelque 130 personnes ont répondu à l'invitation lancée par le Comité régional de concertation pour la relève agricole.
Innovation, entrepreneuriat, main-d'oeuvre et transferts d'entreprises sont au nombre des thèmes qui ont été abordés au cours de la journée.
« La relève agricole, c'est l'affaire de tous. Elle est présente, active et innovante. Il faut parfois sortir des sentiers battus pour réussir à l'établir. Souvent, on entend parler du manque de relève, alors que c'est de l'installer qui est difficile », a poursuivi Mme Lalancette.
« Il faut se regrouper tous ensemble, se concerter avec les instances régionales pour trouver des moyens d'établir notre relève. Que ce soit en production laitière, bovine, céréalière ou tout autant en maraîchère, en agriculture soutenue par la communauté ou toute autre petite production. Il faut être inventifs dans nos façons de faire, a ajouté Daniel Girard, président du Centre régional des jeunes agriculteurs (CRJA). Le consommateur recherche de plus en plus de produits spéciaux et nous sommes bien positionnés pour en profiter. »
Pour sa part, François Tremblay, propriétaire de l'entreprise Les Jardins de Sophie de Saint-Fulgence, était au nombre des panélistes. Il avait un message d'espoir à lancer à l'égard de la jeunesse qui souhaite faire carrière dans le domaine agricole.
« C'est très important que les entreprises agricoles se développent. Il ne faut pas lâcher. Ce n'est pas nécessairement facile de passer à travers le temps, mais ça se fait et c'est une vie intéressante. »
Jean Morency, de la Ferme 3J de Saint-Félicien, Michèle Lalancette, présidente de la Fédération de la relève agricole du Québec, et François Tremblay, propriétaire de l'entreprise Les Jardins de Sophie, souhaitent que le monde agricole innove.
Modèle de diversification
À Saint-Félicien, la Ferme laitière 3J est un modèle de diversification.
Depuis quelques décennies, les propriétaires innovent pour prendre de l'expansion et faire place à la relève.
Il y a plus de 10 ans, les propriétaires ont entamé un processus afin de favoriser l'intégration de leurs garçons au sein de l'entreprise familiale.
L'un des membres de la troisième génération, Jean Morency, faisait partie d'un panel de discussion sur l'innovation et l'entrepreneuriat.
« L'agriculture est un monde en évolution depuis longtemps et ça va en accélérant. Le défi est de savoir tirer profit du contexte actuel. Il faut trouver des manières d'innover, déterminer comment on peut le faire et performer chacun dans nos domaines pour amener une meilleure rentabilité.