En poste depuis 15 ans, Lily Auclair se considère privilégiée de pouvoir exercer son travail.

Info-Social, au service de la population depuis 20 ans

Le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a souligné, mercredi, le 20e anniversaire du service Info-Social, une ligne téléphonique gratuite, confidentielle et disponible en tout temps pour la population en composant le 811.

C’est en 1996 qu’Info-Social a fait son entrée dans la région. Au départ, la ligne était temporaire et visait à répondre aux inquiétudes de la population à la suite du déluge. Après cet épisode, les organismes ont pu constater qu’il y avait des besoins à combler au niveau de l’aide psychosociale.

Aujourd’hui, le service d’Info-Social est offert 24 heures sur 24, sept jours sur sept, et a pour mission d’assurer la sécurité des gens qui l’utilisent. Il dessert toute la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, les secteurs est et ouest du Nord-du-Québec, en plus d’offrir le service de nuit sur la Côte-Nord.

Info-Social est une ligne de soutien gratuite et confidentielle, offerte 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Sa mission est d’accompagner et d’outiller les gens en situation de détresse.

Catherine Simard, coordonnatrice, explique que la force d’Info-Social réside dans l’arrimage avec ses partenaires. « Nous travaillons avec plusieurs organismes, et les clients sont au cœur de nos interventions. Les gens nous appellent, mais nous faisons affaire avec plusieurs autres organismes, comme le CLSC, par exemple. Les ressources sont là, alors on peut recommander les personnes aux bons organismes. »

Mme Simard affirme que le fait de partager les bureaux avec Info-Santé est une belle complémentarité à l’offre de services. « Si quelqu’un appelle chez Info-Santé pour une migraine, et qu’au fil des questions, on comprend que sa migraine est due à de l’insomnie parce qu’il ou elle vit une peine d’amour, Info-Santé peut transférer le client vers Info-Social, et vice versa. »

Catherine Simard souligne qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise raison d’appeler Info-Social, et que le problème est « toujours assez important pour prendre le téléphone ».

Elle indique que les problématiques traitées par Info-Social sont très larges, allant de la chicane entre amis aux situations de crises avec un contexte suicidaire. « Nous recevons aussi beaucoup d’appels de proches qui sont inquiets d’une personne dans leur entourage et qui nous demandent des conseils. »

Pour bien répondre aux besoins, tous les travailleurs suivent le même processus d’intervention et suivent une formation de 12 jours pour répondre au téléphone. Les bureaux d’Info-Social et d’Info-Santé sont tous munis d’une fenêtre pour faciliter le contact visuel entre collègues au besoin, par exemple lors d’une situation de crise.

+

15 ans au poste

Lily Auclair travaille pour Info-Social depuis 2004. Lorsqu’on lui demande pourquoi elle aime son travail, elle répond du tac au tac : « C’est un service qui me passionne. Le travail n’est pas redondant, puisqu’on traite de toutes sortes de problématiques. Une fois que c’est traité, c’est terminé. On a offert notre maximum de soutien à la personne et on l’a référée aux bonnes ressources. Il n’y a pas un seul gros suivi à faire, c’est plutôt une suite de petits suivis à court terme, ce qui est très gratifiant. »

Mme Auclair rappelle que la mission d’Info-Social se fait toutefois toujours en fonction du volontariat de l’individu au bout du fil. Malgré ses nombreuses années d’expérience, elle avoue que quelques sujets demeurent encore difficiles sur le moral. « Lorsqu’il y a de la violence qu’on entend au téléphone et qu’il y a un enfant d’impliqué, c’est plus difficile. Ce qui n’est pas banal non plus, ce sont les séquelles laissées par les abus sexuels, même chez la clientèle très âgée. »

La travailleuse sociale n’échangerait pourtant pas son travail, qu’elle s’estime privilégiée de pouvoir exécuter. « J’ai la chance d’être en contact avec la réalité de la société. Ça m’amène à constater mes privilèges, mais c’est aussi un privilège de pouvoir aimer mon travail ! »