Linda Vallée s’est envolée pour Montpellier afin de participer au festival international de danse orientale le plus célèbre de France, du 25 au 28 avril.

Infirmière de jour, danseuse de baladi de soir

Démocratiser la danse orientale, et plus spécifiquement le baladi, telle est la mission de Linda Vallée, une danseuse de Saint-Félicien qui souhaite se démarquer lors d’une compétition internationale présentée en France.

Du 25 au 28 avril, Linda Vallée participe à l’Oriental Marathon Festival, à Montpellier, reconnu comme étant le festival international de danse orientale le plus célèbre de France. « Cette compétition est une occasion pour moi, car si je gagne, ça me donnera le prestige qu’il me faut pour me produire davantage au Québec et à l’international », souligne Malika, le nom d’artiste de Linda Vallée.

Elle est l’une des deux seules canadiennes qui participent à l’événement, lequel accueille près de 80 participants en provenance des quatre coins du monde. Lors de cette compétition, Linda Vallée dansera dans deux catégories, soit la danse classique et la fusion orientale.

Même si cet événement majeur revêt une importance particulière pour la danseuse, elle n’en est pas à sa première expérience internationale, car elle a participé à des compétitions tenues en France et en Égypte l’an dernier.


«  Si je gagne, ça me donnera le prestige qu’il me faut pour me produire davantage au Québec et à l’international.  »
Linda Vallée
Linda Vallée s’est envolée pour Montpellier afin de participer au festival international de danse orientale le plus célèbre de France, du 25 au 28 avril.

Linda Vallée a travaillé fort pour arriver à se démarquer sur la scène internationale, car elle pratique la danse orientale depuis 2004. Elle a découvert, à l’âge de 18 ans, cet art, à l’occasion d’un cours offert au Prisme culturel de Jonquière. En pratiquant d’abord la danse comme un passe-temps, cette dernière s’est mise à donner des cours en professionnalisant sa pratique. Puis, après avoir déménagé à Saint-Félicien, elle a fondé sa propre école de danse orientale, le studio Rose des Sabres, en 2015. Et en 2016, elle a tenté sa chance pour vivre de la danse à plein temps.

« Ça s’est bien passé, mais il y a plus de risque quand on est travailleur autonome, alors j’ai décidé de recommencer à pratiquer mon métier d’infirmière », dit-elle.

Infirmière de jour, enseignante de danse de soir, elle parcourt le Québec pour remplir de multiples mandats de danse, notamment pour faire des spectacles dans les écoles, lors de mariages ou d’événements privés.

Un festival à venir

Du 24 au 26 mai, Linda Vallée organise la 2e édition du festival de danse orientale RaQs O Lac, qui sera présenté à la Polyvalente des Quatre-Vents de Saint-Félicien. Pour l’occasion, plusieurs artistes présenteront des ateliers, et plusieurs d’entre eux affichent déjà complet un mois avant la tenue de l’événement.

Des ateliers d’initiation, des activités familiales et un gala mettant en vedette les écoles de danse de la région sont aussi à l’affiche.

« Le baladi est une danse tabou et méconnue », estime Linda Vallée, une passionnée qui souhaite faire rayonner son art.