Indispensable levier

Les fonctionnaires du ministère des Transports de Québec et de Montréal n'ont jamais accepté que les politiques accordent à la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean la route à quatre voies divisées dans la Réserve faunique des Laurentides.
On ne manque jamais l'occasion de publier des statistiques, même incomplètes, afin de justifier les arguments qu'ils ont avancés pour bloquer ce gigantesque projet. Ainsi donc, selon le MTQ il n'y a pas moins d'accidents dans le «Parc» depuis la construction de la route à quatre voies. On donne le chiffre global sans préciser si le nombre d'accidents mortels a diminué.
Et encore, aucune de ces données ne font état de l'augmentation considérable du nombre de véhicules. Or, s'il y a accroissement du nombre de véhicules, les probabilités d'un surcroît d'accidents suivent la courbe.
Mais, au-delà des chiffres concernant la sécurité routière, le MTQ ne nous a jamais parlé des effets collatéraux bénéfiques comme la lutte à la désintégration régionale.
Pourtant, depuis deux ans, on a mis fin à un exode dramatique de la population. Et le MTQ se donnait la peine de vérifier, il constaterait que la valeur des immobilisations n'a cessé de grimper depuis qu'on a rendu plus fluide cette voie de pénétration vers le «Royaume».
Demandez à tous ces propriétaires de résidences secondaires riveraines qu'ils comparent leur évaluation de 2005 à celle de 2013. On pourrait également faire le même exercice avec les propriétaires des villages alpins du Valinouët et de L'Anse-Saint-Jean.
Québec et Montréal ont de travers dans la gorge cette magnifique réalisation de plus d'un milliard de dollars, mais, elle constitue le levier indispensable à la survie régionale. En cette année du 175e de la région, nous célébrerons aussi l'ouverture officielle de la 175. Nous inviterons les bureaucrates du MTQ à venir fêter avec nous afin qu'ils puissent constater qu'au-delà de leurs statistiques, il y a une population bien servie par un axe routier digne de sa fierté!
Richard Banford
Bégin