Inauguration d’une nouvelle fresque à Saint-Félicien

Entre deux orages vendredi matin, la Ville de Saint-Félicien a procédé à l’inauguration de sa nouvelle fresque située sur le mur de la Maison de la culture. Devant, le stationnement a été réaménagé en «parc éphémère», où l’on retrouve désormais bancs et fleurs.

La fresque est un projet qui survient à la suite de l’entrée en vigueur d’une politique sur les murales. Pour la première fresque de grande envergure, la Ville est allée chercher l’aide de l’entreprise québécoise spécialisée dans la réalisation de murales et fresques peintes à la main, Sautozieux. «On espère faire des petits, d’où la politique et l’objectif de se faire accompagner aussi par des entreprises d’expérience qui en ont fait partout au Québec, sur tous les matériaux. Dans l’accompagnement aux organismes et aux entreprises qui veulent l’avoir, ça va sauver des frais, pour la pérennité», a mentionné le conseiller municipal Alexandre Paradis lors de l’inauguration.

Une artiste locale a également été approchée pour ajouter son grain de sel à la fresque. L’oeuvre de Julie St-Hilaire est en effet visible sur les lieux.

l'artiste Julie St-Hilaire montrant fièrement son oeuvre.

Ces nouveaux éléments s’inscrivent dans les démarches de revitalisation du centre-ville, entamées depuis quelques années, alors que des fleurs et des bancs, en plus d’un parcours patrimonial, avaient été ajoutés. «C’est le premier pas de notre parc éphémère dans la ville de Saint-Félicien qui va être, année après année, amélioré», a lancé le maire Luc Gibbons, aussi présent.

M. Paradis était heureux de présenter ces nouveaux éléments qui seront bonifiés au cours de l’été et des années. Aménager un petit jardin communautaire à côté de la bâtisse et ajouter de la musique près de la fresque sont deux idées qui sont déjà en réflexion, selon lui. Comme le parc est «éphémère» et non fixe, il sera également possible de déplacer les éléments si la demande est plus grande que l’offre.

Le but est d’attirer les touristes, mais également les résidants du secteur. «On invite la population à prendre possession de leur centre-ville. On fait cela pour eux et c’est à eux», s’est exprimé M. Gibbons. M. Paradis avait le même discours. «Oui, on le fait pour le tourisme, mais on le fait aussi pour le citoyen, car le touriste va être ici une fin de semaine, une journée, une semaine, alors que le citoyen qui passe au centre-ville tous les jours, c’est lui qui en bénéficiera le plus», a-t-il expliqué.

Alexandre Paradis et Bernard Boivin, conseillers municipaux, ont inauguré la fresque en compagnie du maire Luc Gibbons

Dans un communiqué de presse, on ajoute que ceux et celles qui souhaitent implanter une fresque ou une murale peuvent se référer au comité-conseil de la Ville de Saint-Félicien pour déposer une demande de projet.