Le club de motoneige de Saint-Félicien espère s’entendre avec un propriétaire de Mashteuiatsh avant le début de la saison.

Impasse dans les sentiers de motoneige

À quelques semaines du début de saison, le club de motoneige Le Relais des Buttes de Saint-Félicien fait face à une impasse. Un propriétaire de terrain de Mashteuiatsh refuse d’accorder un droit de passage, forçant la mise en place d’un détour de plus de 20 kilomètres pour éviter de rompre le sentier 373 qui fait le tour du lac Saint-Jean.

L’organisation bénévole qui gère les pistes entre Saint-Félicien et Roberval doit s’entendre annuellement avec près de 150 propriétaires. Cet automne, un agriculteur a annoncé au club qu’il mettait fin à son entente. Dans une sortie médiatique, Sylvain Martel de Saint-Prime avait précisé qu’il en avait assez que ses champs soient saccagés. 

Les bénévoles ont réussi à créer un autre chemin en passant sur des terres appartenant à de nouveaux propriétaires, mais un d’entre eux refuse de laisser passer les motoneigistes cette année. Il souhaite recevoir des indemnités, selon les informations du club.

« Le sentier ne sera pas brisé, car on a trouvé une solution avec un détour vers Saint-Hedwidge. Mais c’est évident qu’on préfère offrir des pistes qui se trouvent plus près du lac Saint-Jean. Et c’est ce que notre solution initiale permettait. Mais on a épuisé toutes nos stratégies pour convaincre le producteur. C’est maintenant au milieu et aux élus de nous aider à débloquer ce dossier», mentionne le président du club, Bertrand Tremblay, précisant que le conseil de bande a été avisé de la situation. 

Le président ne veut pas identifier le propriétaire en question pour éviter d’empirer la situation. Il espère encore s’entendre avec lui avant le début de la prochaine saison.

Président du club Passe-Partout de Roberval, Éric Morin interpelle également les élus du milieu pour réussir à dénouer cette impasse. « On a un détour, mais c’est plus loin dans les terres. Les gens, surtout les touristes, aiment mieux faire le tour du lac Saint-Jean en étant plus près du plan d’eau. En plus, ça éloigne les motoneigistes de nos partenaires, soit les commerçants et les restaurants. Et sans eux, on n’a pas de fonds », pointe M. Morin.

Joint lundi, le président du Club de motoneigistes Lac-Saint-Jean a confirmé que toutes les ententes avec les producteurs agricoles avaient été renouvelées pour la prochaine saison.