Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Michel Potvin.
Michel Potvin.

Impacts de la COVID-19: une facture de 4M$ pour Saguenay

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le président du comité des finances et conseiller municipal Michel Potvin estime que Saguenay n’aura pas à éponger les mêmes coûts que les grandes villes (Québec, Montréal et Laval), découlant de la pandémie.

« Globalement, on parle d’une facture de 4 M$ en lien avec la première vague de la pandémie et ça ne devrait pas être beaucoup plus élevé avec la situation que nous vivons depuis le premier janvier », a indiqué le conseiller municipal.

Les coûts les plus importants sont principalement associés à une réduction de la perception des amendes par le Service de police de Saguenay pendant la première vague. L’activité a été réduite et il y avait une certaine méfiance de la part des policiers en lien avec la transmission du virus.

L’autre partie de la facture découle de la baisse des taux d’intérêt de l’automne. « Ce sont les montants que nous avons placés après le versement de la deuxième tranche des taxes municipales. Il s’agit d’une somme globale de 130 M$. Ça représente beaucoup d’argent quand il y a une baisse de taux d’intérêt pour les placements. »

L’ampleur du manque à gagner des grandes villes a principalement été causée par les coûts des systèmes de transport en commun alors que la fréquentation a connu une très forte baisse. Michel Potvin souligne que ce sont des différences majeures en raison de la grosseur des systèmes des grandes villes par rapport à Saguenay.

« Je suis souvent critique à l’endroit de la STS et des impacts de ce service sur les finances publiques. Mais on doit reconnaître que M. Jean-Luc Roberge et son équipe ont très bien géré toute la période de la pandémie et ont ainsi minimisé les impacts des pertes financières. »

La Ville ne peut même pas espérer récupérer un peu d’argent en lien avec les contraventions au décret gouvernemental sur le couvre-feu. Puisque ces contraventions sont signifiées en vertu d’un décret, c’est le gouvernement du Québec qui perçoit les sommes.

En plus des sommes perdues découlant des opérations de la ville et de la baisse des taux d’intérêt, Promotion Saguenay a participé à la mise en place de programmes de soutien pour les PME afin de les supporter pendant les périodes de fermeture de l’économie, lors de la première vague.

Le conseiller municipal n’est pas en mesure de projeter les coûts pour la ville de la seconde vague. Il mentionne les pertes d’intérêt reliées à la période additionnelle allouée aux citoyens pour payer la première tranche de la facture de taxe.