Les milléniaux qui résident à Saguenay peuvent épargner la mise de fonds pour l’achat d’une maison en moins d’un an, selon une étude parue lundi.

Immobilier: Saguenay, paradis des milléniaux

Les milléniaux qui rêvent de devenir propriétaires devraient déménager à Saguenay. La capitale régionale est dans le top 10 des villes canadiennes où il est le plus facile pour un couple de jeunes adultes d’amasser la mise de fonds nécessaire à l’achat d’une première propriété.

La firme internationale Point2 homes, qui s’intéresse à l’immobilier, a publié les résultats d’une enquête qui analyse les revenus des couples dans les 100 plus grandes villes canadiennes en les comparant avec le prix des maisons dans ces villes.

Les données de l’enquête démontrent que, généralement, les jeunes adultes âgés de 20 à 35 ans ont de la difficulté à accéder à la propriété. Certains marchés au Québec, dont celui de Saguenay, se démarquent cependant par des salaires médians élevés ainsi que des maisons abordables. Ces deux facteurs conjugués donnent une place avantageuse à Saguenay parmi les villes canadiennes.

Moins d’un an
Dans la métropole régionale, le prix moyen des maisons oscille autour de 198 000 dollars. La mise de fonds, pour faire l’achat d’une maison, est de 9936 dollars. Si un couple moyen met 20 % de ses revenus de côté, il lui faudra sept mois pour épargner ce montant. En mettant 4 % de son salaire de côté, le couple mettra 33 mois pour mettre en banque la somme nécessaire pour devenir propriétaire, qui représente au minimum 5 % de la valeur totale de la transaction immobilière.

Saguenay fait donc partie de la quarantaine de villes canadiennes où il est possible pour un couple d’amasser sa mise de fonds en moins d’un an. Au Québec, seulement Trois-Rivières est un marché plus intéressant pour les acheteurs, principalement parce que le prix moyen des maisons est plus bas de 40 000 dollars.

Pas pressés
Plus généralement, l’étude de Point2 homes démontre que les jeunes adultes ont tendance à sous-estimer l’importance de la mise de fonds. Dans les marchés où l’immobilier est le plus dispendieux, comme à Vancouver par exemple, il peut prendre jusqu’à 35 ans pour mettre une mise de fonds de côté. L’étude rendue publique lundi a démontré que les milléniaux n’étaient pas nécessairement au courant de ce qu’il faut faire pour devenir propriétaire.

Les milléniaux franchissent aussi les étapes de la vie plus tardivement que les générations précédentes, comme l’achat d’une maison. Selon Avis Devine, professeure qui a collaboré avec Point2 homes, « les trentenaires repoussent la fondation de leur famille, tant du côté du choix du partenaire que de celui de faire des enfants », a-t-elle affirmé par voie de communiqué.