Il y aura du ski cet hiver... et plusieurs nouveautés dans la région

Guillaume Roy
Guillaume Roy
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Malgré la pandémie, la saison de ski aura lieu cet hiver, et ce, même en zone rouge. L’Association des stations de ski du Québec (ASSQ) a reçu l’aval de la santé publique pour préparer la saison de ski 2020-2021. Différentes mesures sanitaires s’appliqueront selon les couleurs des zones d’alerte, mais tous les skieurs de plus de 3 ans devront porter un cache-cou ou une cagoule couvrant le nez et la bouche en tout temps.

Peu importe le niveau d’alerte, une distanciation de deux mètres devra être respectée en tout temps. Dans les chalets d’accueil, le port du masque sera aussi obligatoire. Tous les centres de ski devront tenir un registre des visiteurs. Une distanciation de deux mètres sera aussi imposée dans les files d’attente.

L’ASSQ recommande aux skieurs de s’informer des mesures et des consignes sanitaires mises en place par la station et d’acheter leur billet à l’avance. 

Les consignes sanitaires varieront selon le niveau d’alerte en vigueur. En zone rouge, aucun service ne sera offert. Le restaurant sera fermé et le chalet pourra servir seulement pour se réchauffer ou pour aller aux toilettes. Toutes les boutiques et l’école de ski seront fermées. Un seul ménage sera accepté par remontée mécanique. Deux personnes seules pourront embarquer dans une télécabine en respectant la distanciation. Aucune activité organisée ne sera permise. 

Plus de latitude sera permise aux skieurs en zone verte, jaune ou orange. L’accès au chalet sera limité, selon la superficie du bâtiment. Les restaurants seront ouverts, en respectant les mesures sanitaires en vigueur. L’accès sera limité dans les boutiques. Il n’y aura pas de limite de capacité d’accueil, sauf dans les télécabines, où la capacité sera réduite à 50 %. On recommande d’utiliser les remontées avec les membres provenant d’une seule famille. 

« Le succès de notre saison passe maintenant par l’adhésion à ces mesures par les stations, bien sûr, mais aussi par nos visiteurs, souligne Yves Juneau, président-directeur général de l’ASSQ. La conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes nous permettra d’avoir une saison de glisse malgré la pandémie.»

PLUSIEURS NOUVEAUTÉS POUR LES AMATEURS

La pandémie n’a pas ralenti les projets de développement dans les stations de ski du Saguenay–Lac-Saint-Jean, et plus particulièrement au Valinouët, à Saint-David-de-Falardeau. Voici un survol des nouveautés cet hiver dans la région.

Le nouveau chalet du Valinouët.

Le Valinouët

Avec un nouveau chalet, Le Valinouët fait peau neuve, cet hiver, grâce à un investissement majeur de 5 millions de dollars. Au départ, l’ancien chalet devait être détruit avant le début de la saison de ski, mais l’équipe de direction a décidé de le garder au moins un hiver de plus, afin d’accommoder plus de gens à l’intérieur, tout en respectant les normes sanitaires. « Selon les besoins, on pourra répartir les gens dans les deux chalets », explique Stéphane Leblond, directeur du marketing. 

Le nouveau chalet aura 250 places assises de plus que l’ancien – en temps normal –, ainsi que plus d’espace de rangement. Le resto-pub doublera aussi sa capacité, passant de 120 à 240 places, et l’ensemble du bâtiment sera désormais accessible aux personnes à mobilité réduite. De plus, des bornes de recharges pour les véhicules électriques seront disponibles. 

Des investissements de 25 000 $ ont aussi permis d’aménager un parc à neige en reprofilant le terrain. « Avant, il fallait attendre parfois jusqu’à la fin janvier pour faire notre parc à neige, alors que maintenant, tous les plateaux sont déjà prêts, dit M. Leblond. Il ne manque qu’un peu de neige.»

Le Valinouët a aussi aménagé une montée sur le versant principal pour les adeptes de ski de haute route. « On offre cette option gratuitement cette année pour créer une nouvelle habitude », note Stéphane Leblond. 

Le volet hébergement prend de l’ampleur alors qu’un petit village de dix Coolbox sera aménagé en face du nouveau chalet. L’offre de fatbike a aussi été bonifiée pour ajouter 10 kilomètres de sentiers aux 4 km qui étaient déjà disponibles l’an dernier.

Le Mont-Édouard

Mont-Édouard

Cette année, le Mont-Édouard, à L’Anse-Saint-Jean, développe une nouvelle offre, avec un secteur freeride. Cette section est, en fait, un énorme sous-bois, très intense, avec plusieurs sauts et un important dénivelé. C’est en quelque sorte un terrain similaire à ce que l’on peut trouver dans certains secteurs haute route, mais accessible avec le télésiège. « On veut permettre aux gens de faire évoluer leur technique », remarque Frédéric Blouin, directeur général de la station. 

Ce passage permettra aux skieurs de progresser afin de les sécuriser lorsqu’ils voudront essayer le ski de haute route. 

Ce dernier souhaite aussi mettre en place un nouveau programme de glisse pour les adeptes de poudreuse. Ainsi, l’offre de la montagne s’intégrera mieux à l’offre de ski de haute route, affirme-t-il. 

À terme, la montagne souhaite développer tous les gradients entre le ski en centre et le ski de haute route. 

La station a aussi mis en place un nouveau système de portes automatisées et des cartes d’accès rechargeables à distance, ce qui permettra d’améliorer l’expérience du client, tout en respectant les mesures sanitaires. 


Autres centres

Le nouveau parc à neige développé à la fin de l’hiver au centre Do-Mi-Ski, à Dolbeau-Mistassini, sera à nouveau accessible cet hiver. Le centre de ski du mont Lac-Vert et le Tobo-Ski n’ont aucune nouveauté à annoncer pour l’instant. 

Le hors-piste se développe à Petit-Saguenay

En partenariat avec la Fédération québécoise de montagne et d’escalade (FQME), la municipalité de Petit-Saguenay développera deux sites pour le ski hors-piste, cet hiver, grâce à des investissements totaux de 30 000 $, dont une partie provient de la MRC du Fjord-du-Saguenay. Selon le coordonnateur ski de la FQME, Maxime Bolduc, ce projet créera une synergie régionale de ski hors-piste en venant bonifier l’offre du Mont-Édouard. 

Un premier secteur sera développé au coeur du village, derrière l’aréna. On y retrouvera un dénivelé de 150 à 200 mètres, avec des plateformes de saut. Un autre site sera développé dans l’arrière-pays, où l’on retrouve un dénivelé de 250 mètres. « Ça fait quelques années que l’on souhaite faire ce projet-là, souligne le maire Philôme La France, qui se réjouit de voir émerger un secteur communautaire de ski hors-piste. On est au paradis du plein air et ça vient bonifier l’offre.» 

Mont des Allemands

Dans le nord du Lac-Saint-Jean, Ski hors-piste Lac-Saint-Jean poursuit également le développement du mont des Allemands, qui se trouve sur le territoire de la zec des Passes. Grâce au travail de bénévoles et avec la participation de la FQME, une nouvelle piste sera aménagée cet automne et celles existantes seront bonifiées.