Denis Cloutier, le propriétaire marchand du IGA de Normandin, valorise 82 % des matières résiduelles.

IGA Cloutier de Normandin: un champion de la valorisation des déchets

Avec un taux de 82 % de matières résiduelles valorisées, le Supermarché IGA Cloutier de Normandin fait partie des épiceries les plus performantes de toute la province.

Depuis que Denis Cloutier a pris les commandes du IGA de Normandin en 2000, l’épicerie ne cesse d’améliorer son taux de valorisation des déchets. À l’époque, l’entreprise possédait déjà une presse pour récupérer le carton, à raison de 10 à 15 ballots par semaine.

Depuis 19 ans, le marchand s’est mis à récupérer les pellicules de plastique, avant de mettre en place un système de récupération des viandes et des huiles de friteuses. Il y a quatre ans, l’épicerie a mis sur pied un système de compostage, ajoute fièrement Denis Cloutier. « Plus récemment, on a mis en place un système pour donner le stock qu’on ne peut plus vendre, mais qui est encore consommable, à l’organisme local La main du Samaritain », dit-il. Dans le cadre de ce partenariat, les viandes sont désormais congelées, une journée avant la date de péremption, pour être données à l’organisme.

Toutes ces initiatives nécessitent de l’accompagnement pour aider les employés à remplir leurs tâches différemment et c’est pourquoi des formations sont offertes par le Jour de la Terre, le gestionnaire du Fonds Éco IGA, fondé en 2008.

Denis Cloutier , le propriétaire marchand du IGA de Normandin valorise 82% des matières résiduelles. IGA

Seulement 22 des 295 épiceries IGA du Québec sont classées Diamant+, affichant un taux de valorisation des matières résiduelles de plus de 80 % en plus de faire des dons alimentaires. Et de ce nombre, le Supermarché IGA Cloutier fait partie du groupe de leaders étant le seul marchand au Saguenay-Lac-Saint-Jean à faire partie de ce groupe sélect. « Nous félicitons le supermarché IGA Cloutier de Normandin qui est allé encore plus loin dans leur démarche. Cette certification démontre parfaitement le sérieux de leur engagement. Ils sont un véritable modèle pour l’ensemble du réseau », remarque Pierre Lussier, directeur du Jour de la Terre et du Fonds Éco IGA.

Plus le taux de valorisation des matières résiduelle augmente et plus il devient difficile d’améliorer son score. Pour améliorer le bilan, la dernière action mise en place est l’achat de tasses lavables, offertes à chaque employé pour réduire l’utilisation de verres jetables.

« Ça me tient à cœur de faire ma part et, en plus, on a des gains économiques lorsqu’on met de telles initiatives en place », soutient Denis Cloutier bien humblement, car il n’aime pas attirer trop l’attention.

De la bouffe aux enchères

Denis Cloutier estime que des outils mis en place par IGA permettront d’améliorer encore le bilan. « Une application va nous permettre de mettre des produits qui sont près de la date de péremption aux enchères », explique-t-il. Les clients pourront donc avoir accès à de bons rabais, tout en diminuant les pertes, un scénario gagnant-gagnant.

À compter du 1er janvier, les sacs de plastique seront bannis dans tous les IGA de la province. De plus, les épiciers acceptent les contenants réutilisables depuis le 15 septembre dernier. Trois mesures qui réduiront encore davantage les déchets produits dans les épiceries.