Lucien Martel

Hydro-Québec et le maire Martel font le point

Les représentants d'Hydro-Québec, de la Sûreté du Québec, de la Sécurité civile du Québec ainsi que le maire de L'Anse-Saint-Jean, Lucien Martel, ont fait le point mardi concernant les ratés dans les communications survenues lors de la panne électrique du 2 décembre dernier qui a privé d'électricité les Anjeannois pendant une trentaine d'heures.
Dix-huit jours après les événements, le maire Martel avoue qu'il était encore choqué au début de la réunion qui a duré deux heures et qui a permis tout de même des échanges constructifs. Selon le résumé fait par M. Martel, les échanges ont porté sur la mise en place de mesures destinées à mieux informer la population en temps réel concernant le rétablissement du service, les causes des pannes, etc, afin que les autorités et la population puissent s'adapter à la situation. « On a maintenant des contacts établis avec des numéros de téléphone et des personnes désignées pour entrer en communication directe. On va s'organiser pour donner la bonne information aux citoyens même en cas de pannes imprévues », explique M. Martel.
Ce dernier ajoute que dans les derniers jours, Hydro-Québec a pu mettre à l'essai le nouveau système de communication puisqu'un incendie survenu dans une résidence a nécessité une interruption afin d'assurer la sécurité des pompiers volontaires ainsi que lors du remplacement d'un poteau cassé, nécessitant une interruption de trois heures. Une amélioration des communications a été constatée lors de ces événements.
Les retards dans l'intervention des équipes de monteurs ont également été abordés. Selon l'information reçue, des équipes provenant de La Malbaie ont été appelées à L'Anse-Saint-Jean pour rétablir le réseau, mais ont dû rebrousser chemin en raison des mauvaises conditions atmosphériques. Les premières équipes sont arrivées sur le territoire le jeudi après-midi, contrairement à ce qui a été divulgué par une porte-parole d'Hydro-Québec citée par Le Quotidien. « Le problème est que des équipes provenaient d'un autre secteur en panne. »
En ce qui a trait à l'établissement d'un réseau en boucle afin de relier L'Anse-Saint-Jean avec celui de Rivière-Éternité, Hydro-Québec a fait savoir que cette solution a déjà fait l'objet d'une analyse, mais qu'il avait été révélé qu'elle ne contribuerait pas tellement à augmenter la fiabilité du réseau compte tenu des sommes qu'il faudrait y investir.
En résumé, le maire s'est montré satisfait de la rencontre. « Il était important pour moi de partager les conséquences des délais de rétablissement du service d'électricité et notre souhait d'une meilleure communication. »
Rappelons que des commerçants ont subi des pertes importantes à la suite de la panne prolongée. C'est le cas pour le propriétaire du marché Bonichoix, qui, lors d'une entrevue, avait évalué ses pertes entre 35 000 $ et 40 000 $.
Selon le porte-parole des relations avec le milieu chez Hydro-Québec, Christian Garneau, le point a été fait sur la nécessité d'améliorer les communications avec les coordonnateurs de la Sécurité civile.