Hôpital de Chicoutimi
Hôpital de Chicoutimi

Hôpital de Chicoutimi: enquête sur des propos racistes après la mort d’un Autochtone

Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
« On a un Indien ici aussi ! » Voilà des propos qui auraient été tenus à l’endroit d’une personne autochtone, à l’hôpital de Chicoutimi. Georges-Hervé Awashish, âgé de 53 ans, y est mort dimanche, peu de temps après avoir dénoncé le caractère raciste des commentaires du personnel et qu’une enquête ait été lancée par le CIUSSS du Saguenay−Lac-Saint-Jean.

C’est ce qu’a rapporté sa cousine Maylène Weizineau dans une entrevue accordée La Presse, en ajoutant que le défunt, Georges-Hervé Awashish, aurait entendu des infirmières rire de Joyce Echaquan, récemment décédée dans un hôpital de Joliette.

Le grand chef du Conseil de la Nation atikamekw, Constant Awashish, se dit troublé par de telles révélations.

« Ça fait très longtemps que les Premières nations dénoncent des situations humiliantes, a-t-il déclaré au quotidien montréalais. On a eu une preuve vidéo avec Joyce Echaquan. Pour Georges-Hervé, on n’a pas de preuve écrite ou vidéo, malheureusement, note le grand chef Awashish. On espère des réponses satisfaisantes, qui ne laisseront pas planer le doute. »

Georges-Hervé Awashish

Georges-Hervé Awashish voulait lui aussi être entendu, « comme Joyce », se serait-il confié à sa cousine, le 7 octobre dernier. C’est ce qui l’avait motivé à déposer une plainte à l’hôpital de Chicoutimi.

Le CIUSSS du Saguenay−Lac-Saint-Jean avait confirmé au Quotidien qu’une enquête était en cours sur les propos tenus à l’endroit de l’Atikamekw. Enquête dont les conclusions seraient bientôt connues.

« Nous attendons de connaître les résultats de l’enquête. Mais il est clair que nous encourageons toute personne ayant pu se sentir lésée dans ses droits à porter plainte », avait déclaré une agente d’information du CIUSSS, il y a quelques jours.