Pour une deuxième semaine consécutive, il n’y aura pas de gynécologue à l’hôpital d’Alma pendant le week-end.

Hôpital d’Alma: deux week-ends sans gynécologue

Il n’y aura pas de gynécologue à l’hôpital d’Alma pendant une période de 24 heures le week-end prochain. Du 29 juin au lendemain, les femmes qui accoucheront seront dirigées vers un autre hôpital de la région.

L’hôpital d’Alma doit interrompre son service d’obstétrique pour une deuxième fin de semaine de suite. Du 22 au 24 juin, l’hôpital almatois a été privé de gynécologue pendant une période de 48 heures. Cette situation a affecté seulement une femme qui aurait dû accoucher à Alma et qui a été envoyée vers un autre hôpital, selon les directives du plan de contingence du Centre intégré universitaire de santé et services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La porte-parole du CIUSSS, Romane Le Gallou, raconte que c’est la période des vacances qui explique ces ruptures de service, et non pas le manque de personnel. Les 19 postes de gynécologue prévus dans le Plan régional effectif médicaux – 14 à l’hôpital de Chicoutimi et cinq à Alma – sont comblés.

« Ce sont deux périodes de découverture qui sont prévues depuis un bon moment déjà. [...] Elles s’expliquent par des vacances ou des absences temporaires », indique Mme Le Gallou. Selon elle, la « découverture » est la solution de dernier recours.

Les femmes qui devaient accoucher à Alma dans les semaines précédant les périodes de rupture de service ont toutes été contactées par le CIUSSS, par courrier.Malgré l’absence de gynécologue, le CIUSSS invite les femmes enceintes à appeler tout de même à l’hôpital d’Alma et à s’y rendre au besoin.

« Même s’il n’y a pas de gynécologue, il y a des équipes médicales en place. Elles vont évaluer la patiente et prendre une décision clinique, à savoir si on la réoriente et vers quel hôpital », précise Mme Le Gallou.

Cet été, à l’échelle de la région, il n’y a pas d’autres périodes où un hôpital sera privé de gynécologue.