Russel-Aurore Bouchard a tenu à accorder son appui à la candidate caquiste Hélène Girard.

Hélène Girard contre le registre des armes

La candidate caquiste à l'élection partielle dans Chicoutimi, Hélène Girard, se prononce contre l'établissement d'un registre des armes à feu tel que prévu dans le projet de loi 64, ce qui lui vaut l'appui de l'historienne Russel-Aurore Bouchard.
«Si je suis élue, je m'opposerai au projet de loi 64 parce que les coûts m'inquiètent beaucoup. Le registre fédéral, qui devait au départ coûter deux millions $, a coûté plus d'un milliard $ », a soutenu la candidate, hier, en conférence de presse, où était présente Russel-Aurore Bouchard.
La candidate entend devenir une députée qui portera les préoccupations de son comté à Québec et l'inverse, comme le font les vieux partis, inisste-t-elle.
Fervente opposante au registre, Mme Bouchard y est allée d'une diatribe sur l'état de la démocratie parlementaire à Québec. Elle l'a qualifiée d'«unanimité totalitaire» depuis la disparition, en 1968, du conseil législatif. «Je demande aux électeurs de voter pour Hélène Girard. Ce vote ne vaut que pour l'élection complémentaire de Chicoutimi. Autrement, je demeure un électron libre.»
Selon elle, le PLQ est devenu arrogant et ne mérite que le mépris des régions, contrairement à la CAQ qui a su répondre à ses trois demandes visant à ce que l'unanimité des partis cesse à l'Assemblée nationale, que soit mise de côté la ligne de parti et que le vote sur le projet de loi 64 soit effectué par les députés selon leur âme et conscience.
Au sujet du chef François Legault, Mme Bouchard a souligné qu'il écoutera la voix de ses électeurs dans son comté avant de se prononcer. «Il y a eu une remise en question de sa manière d'agir, ce qui me satisfait», conclut-il.
L'ex-député bloquiste Claude Patry était également présent à la conférence de presse.