Le conseil d’administration de la ZEC de L’Anse Saint-Jean note une hausse de fréquentation de 20 à 25 % à la fin juin sur son territoire.
Le conseil d’administration de la ZEC de L’Anse Saint-Jean note une hausse de fréquentation de 20 à 25 % à la fin juin sur son territoire.

Hausse des activités dans les zecs

La pêche, mais aussi les activités de canot, canot-camping et camping sauvage ont pour effet d’augmenter la fréquentation des différentes zecs du Saguenay et du Bas-Saguenay en cet été 2020 où le déconfinement incite les vacanciers à prendre l’air frais des régions.

Marie-Josée Savard, directrice de la zec Martin-Valin, observe depuis l’ouverture du territoire beaucoup de circulation de la part d’adeptes d’activités de plein air autre que la pêche, qui continue d’être la source de revenus principale de l’organisme de gestion. « Je crois que ces activités sont beaucoup plus importantes que l’an passé. On n’a pas fait de promotion autour des activités de camping, mais les gens savent que c’est dans la région, que ce n’est pas trop coûteux et qu’en plus, il fait beau », évoque-t-elle.

Cette hausse de fréquentation se répercute par des revenus supplémentaires, mais elle n’est pas capable de préciser dans quelle proportion, d’autant plus que la zec a mis sur pied un poste d’accueil et d’enregistrement virtuel permettant d’éviter les longues files d’attente aux barrières. « On ne double pas les revenus, mais je trouve ça le fun parce qu’on était inquiets au début de la saison. »

Plus à l’ouest, le portrait est un peu différent sur la zec Onatchiway alors que la directrice, Myriam Benoît, note une baisse de fréquentation qui est attribuable à l’incendie de forêt majeur survenu au nord du Lac-Saint-Jean. «Il y avait un barrage sur le territoire de la zec. Généralement, les gens prennent des fins de semaine de pêche en juin. On a subi une baisse qui n’est pas majeure, d’environ 12 000 $. »

Mme Benoît note au passage que l’activité de pêche connaît d’année en année une baisse de fréquentation.

La direction a été quelque peu déjouée par la COVID-19 puisque l’implantation de cinq yourtes de location était prévue, près du poste d’accueil. La directrice a mentionné que l’autorisation de la MRC du Fjord-du-Saguenay devait être donnée en avril dernier, mais le sujet a été reporté au prochain conseil du mois d’août. Les nouvelles installations devraient être prêtes à la location pour septembre et octobre.

Du côté de L’Anse-Saint-Jean, l’Association chasse et pêche L’Anse-Saint-Jean par l’entremise de son président, Henri Simard, est satisfaite du départ de la saison estivale. À la suite de la tenue d’un conseil d’administration mardi, M. Simard affirme que la petite zec, avec ses 20 lacs exploités, connaît une hausse de fréquentation se situant entre 20 et 25 % à la fin juin. Une quarantaine de pêcheurs s’enregistrent quotidiennement. Il note que beaucoup achètent leur droit d’accès pour toute la saison. « Cette année, on a un terrain de camping avec sept emplacements et les terrains sont loués jusqu’à la fin du mois d’août ».

Henri Simard se réjouit de la hausse de fréquentation qui permettra l’apport de revenus supplémentaires puisque l’hiver dernier, l’organisme a connu des difficultés dans son activité de pêche blanche sur le Saguenay. Le départ soudain des glaces en décembre et la trop mince couche de glace formée par la suite ont empêché la zec de mettre en location les cinq cabanes flambant neuves qu’elle a acquises. Du côté des zec Mars-Moulin et de la zec du Lac Brébeuf, il n’a pas été possible de parler avec les dirigeants pour connaître l’état de situation.