Le major Carl Gravel, commandant du détachement opérations immobilières et Bagotville, le secrétaire parlementaire du ministre dela Défense, Jean Rioux, le commandant de la base et de la 3e Escadre, le colonel Darcy Molstad, le député Denis Lemieux, Anne-Marie Schneiger, gestionnaire de projets à la Défense nationale, et Richard Thibeault, gestionnaire de sites pour Construction Défense Canada.

Hangars à Bagotville: début des travaux

C'était jour de fête, lundi, à la base militaire de Bagotville, alors qu'on a procédé à la levée de la première pelletée de terre pour la construction de deux nouveaux hangars dédiés aux sections Transport et Génie électrique et mécanique de l'escadre destinés à l'entretien et l'entreposage de la machinerie lourde.
Le contrat de 46,9 millions $ accordé à Cegerco s'étendra jusqu'en 2020 et procurera de l'emploi à 253 travailleurs pendant toute sa durée. 
Les anciens bâtiments, qui totalisaient 5676 mètres carrés, seront déconstruits et l'espace restera vacant jusqu'au moment où la base militaire connaîtra la nouvelle politique de défense du Canada en cours d'élaboration. 
« À ce moment, tout dépendant du type d'avions de chasse qui remplaceront les CF-18, il faudra réévaluer nos besoins », a expliqué le commandant de Bagotville, le colonel Darcy Molstad.
D'ici là, les nouveaux hangars destinés à la machinerie terrestre pour l'entretien et le déneigement des pistes vont plus que doubler la superficie de travail disponible avec un total de 14 500 mètres carrés.
Un premier bâtiment, le B311, servira à la réparation et à l'entreposage de la machinerie, et abritera des locaux administratifs. 
Le B384, qui contiendra les produits de déglaçage et les abrasifs, sera affecté en partie à la 2e Escadre (expéditionnaire) pour l'entretien de ses véhicules.
Pérennité
Pour le colonel Molstad, tout comme le député fédéral Denis Lemieux et le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense Jean Rioux, ces travaux s'inscrivent dans un plan d'investissement 94,9 millions $ et confirment l'importance de la base saguenéenne au sein de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) et du système de défense aérospatiale de l'Amérique du Nord (NORAD).
« Lors de mes rencontres avec les gens de l'OTAN et du NORAD, je n'entends dire que des bonnes choses de nos militaires et je suis heureux d'être ici pour aider », a dit le secrétaire parlementaire du ministre de la Défense, ajoutant que d'autres annonces viendront sous peu.
Denis Lemieux a de gros espoirs
Le député fédéral Denis Lemieux a la devise de Bagotville tatouée sur le coeur. Et s'il n'en tient qu'à lui, ce sont 200 M $ qui y seront investis au cours des prochaines années. Pas étonnant qu'il ait réussi à convaincre le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, d'assister au Spectacle aérien le week-end des 24 et 25 juin.
À moins d'un problème de dernière minute, le ministre sera sur la tribune d'honneur avec le colonel Darcy Molstad.
Denis Lemieux surveille de près les travaux de révision de la politique de défense du Canada que devrait compléter son gouvernement d'ici à l'été, et même s'il n'est pas du genre à vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, il a confiance de voir aboutir un escadron de drones militaires au Saguenay.
De même, il espère que Bagotville accueillera quelques-uns des 18 Super Hornet dont le Canada négocie l'acquisition avec le gouvernement américain et Boeing, en attendant de décider quel appareil remplacera l'ensemble de sa flotte de chasse. 
« J'ai de grandes ambitions pour Bagotville, car en tant que pilote d'aéronefs civils, je sais à quel point nous sommes chanceux d'avoir une base avec des installations d'une aussi grande qualité », a dit le député, dans une sorte de cri du coeur.