Pauline P. Minier

Haïti: l’UQAC termine son implication humanitaire

Après six ans d’efforts portés par des bénévoles, l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) est sur le point de terminer son implication dans le Programme de formation continue en enseignement destiné à améliorer les compétences de professeurs haïtiens des régions de Grand Goâve et Saint-Marc.

Pauline P. Minier, Ph D., responsable pédagogique, rappelle que le programme mis en place avec l’UQAC, l’Université d’état d’Haïti, l’École normale supérieure et la Congrégation Saint-Viateur ainsi que des professeurs à la retraite du réseau de l’UQ et de l’Université McGill a permis de diplômer au certificat 39 enseignants haïtiens en exercice ainsi qu’un certain nombre à la maîtrise depuis janvier 2015.

« Une dizaine ont terminé leur mémoire de maîtrise correspondant aux normes de l’UQAC puisqu’il ne s’agit pas d’un diplôme donné à rabais. On peut être conciliant sur certaines choses, mais non laxistes. Il faut maintenir la rigueur pour préserver la valeur des diplômes », affirme Mme Minier.

L’analyse des pratiques d’accompagnement d’élèves déficients intellectuels vers l’acquisition et le développement de l’autonomie, la question de l’iniquité de genre dans l’École haïtienne, l’inclusion des enfants malvoyants dans les écoles régulières et le cas des écoles de Pilate, entre autres, figurent parmi les thèses de maîtrise déposées.

Maintenant que le travail de formation tire à sa fin, Mme Minier ne peut s’empêcher de rendre hommage à ces professeurs qui ont fait des études dans des conditions matérielles et sociales difficiles. « Ç’a été difficile pour eux puisqu’Haïti vit dans des tensions politiques difficiles constantes avec des manifestations, des grèves étudiantes, des bibliothèques dépouillées de matériel ou détruites », affirme Mme Minier. Au cours des dernières années, 120 professeurs et 200 administrateurs œuvrant dans le milieu de l’éducation ont perdu la vie. La présence d’électricité pendant seulement quatre heures par jour de façon fréquente constitue un autre obstacle à l’avancement des études.

L’une des bouées de sauvetage a été la possibilité d’utiliser Internet qui a permis aux étudiants d’accéder à des banques de données fournies par l’UQAC.

Même si la mission humanitaire de l’UQAC prend fin bientôt, les professeurs haïtiens qui le désirent pourront continuer leur perfectionnement puisque l’Université du Québec à Rimouski devrait prendre le relais.