Guignolée des médias : une campagne virtuelle pour des besoins réels

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Pandémie oblige, les membres des médias et les nombreux bénévoles de la Guignolée de médias ne pourront pas descendre dans les rues le 3 décembre pour amasser des fonds. Pour pallier ce dur coup pour les organismes, les organisateurs ont mis sur pied une campagne virtuelle qui débute le lundi 23 novembre et qui se terminera le 24 décembre, alors que les demandes sont à la hausse un peu partout au Québec.

Chaque année, la collecte dans les rues permet à l’équipe de la Guignolée de remettre environ 230 000 $ aux organismes bénéficiaires, et ce, seulement au Saguenay-Lac-Saint-Jean. La population est invitée à faire des dons sur le site Web de la Guignolée des médias. Dans la région, l’organisation espère amasser 275 000 $.

« C’est extrêmement important de donner avec la situation que l’on vit. La pandémie n’aide pas à améliorer la situation de l’aide alimentaire, au contraire. Les des soupes populaires ont vu leur achalandage connaître une forte croissance, même chez ceux qui ont un emploi, mais qui n’arrivent pas à arriver à la fin du mois. Ils ont donc encore plus de besoins et c’est pour cette raison qu’on met tous la main à la patte pour atteindre notre objectif », a laissé savoir la coordonnatrice régionale de la Guignolée des médias, Catherine Boulay.

Besoins criants dans les soupes populaires

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, ce sont les soupes populaires qui reçoivent les dons amassés. Avec plusieurs personnes qui ont perdu leur emploi, les demandes sont de plus en plus nombreuses, mais les fonds se font de plus en plus rares.

« L’argent de la Guignolée des médias représente entre 60 et 80 % du budget annuel des soupes populaires. Ils ne donnent pas des repas seulement aux Fêtes, mais à longueur d’année. Ils ont plus de demandes, ils doivent eux aussi s’adapter et ils ont moins de bénévoles, parce que plusieurs sont âgés et plus craintifs. Ils ont besoin de notre aide plus que jamais », souligne Mme Boulay.

C’est pour cette raison que l’équipe régionale a mis sur pied une plateforme pour donner régionalement. « Du côté du Saguenay Lac-Saint-Jean, nous avons nos particularités. Nos organismes bénéficiaires sont les soupes populaires et l’argent amassé par secteur reste dans ce secteur. On a donc ouvert une plateforme en marge de la campagne provinciale pour permettre aux gens de choisir leur soupe et faire le don directement », explique Mme Boulay.

Autres façons de donner

Les dons de denrées non périssables et dons en argent sont également possibles chez les Amis des la Guignolée, soit les épiceries Maxi et Provigo, les pharmacies Jean Coutu et dans les bureaux de Via Capitale.

La campagne régionale peut également compter sur l’appui des Caisses Desjardins, par l’entremise de la plateforme La Ruche. « On est chanceux d’avoir une belle collaboration avec La Ruche et Desjardins, qui va doubler les dons. On s’est fixé un objectif de 25 000 $ pour la région pour le volet avec La Ruche, donc Desjardins ajouterait un autre 25 000 $.

À l’échelle provinciale, Desjardins doublera la mise jusqu’à concurrence de 1 M$, dont 500 000 $ sera remis à la Guignolée des médias.