Grippe saisonnière: le CIUSSS veut vacciner 50 000 personnes

Louis Tremblay
Louis Tremblay
Le Quotidien
Les populations ciblées répondent bien à la campagne annuelle de vaccination contre l’influenza, mais le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean constate un ralentissement dans la prise de rendez-vous dans les secteurs de Chicoutimi et Saint-Félicien–Roberval.

La conseillère en santé publique au CIUSSS, l’infirmière Myriam Tremblay, a expliqué au Quotidien que la pandémie n’a pas eu d’impact à la baisse sur la campagne annuelle, à l’exception de légers ralentissements pour ces deux zones. Elle en profite pour réitérer auprès des groupes ciblés l’importance de se faire vacciner contre la grippe annuelle et surtout l’environnement sécuritaire qui entoure toute l’opération.

« Les populations ciblées pour la campagne sont les personnes de 75 ans et plus, les femmes enceintes dont la grossesse est dans le deuxième et le troisième trimestre ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques qui risquent de causer des problèmes en cas d’hospitalisation. Pour ces personnes qui n’ont pas été vaccinées, il suffit de se rendre sur Clic Santé et de prendre un rendez-vous. Nous avons de l’espace pour le site du Montagnais et également pour Saint-Félicien–Roberval. »

L’infirmière reprend en plaidant l’importance pour ces groupes de personnes de se faire vacciner chaque année contre la grippe. Elle ajoute que la situation actuelle en raison de la COVID-19 dans les hôpitaux de la région constitue une autre raison non négligeable qui justifie amplement de se faire vacciner. La protection du vaccin annuel se situe entre 40 et 60 % et accorde une protection contre 3 ou 4 souches de grippe différentes.

« Il y a toujours une période pendant la grippe saisonnière où on se retrouve avec une surcharge du réseau de la santé. Comme on le sait, le réseau est actuellement surchargé et la vaccination contre la grippe est pour le moment un moyen pour nous aider à ne pas surcharger encore plus le réseau puisqu’il n’y a pas de vaccin contre la COVID-19 et le seul moyen pour nous protéger est la distanciation. »

La conseillère en santé publique et infirmière Myriam Tremblay a rappelé l’importance pour les personnes de 75 ans et plus ainsi que celles atteintes d’une maladie chronique, ainsi que les femmes enceintes à leur deuxième et troisième trimestre de grossesse de se faire vacciner contre la grippe saisonnière.

La période actuelle donne prise aux différents ténors des théories anti-vaccin qui circulent principalement sur les réseaux sociaux. La conseillère en santé publique constate avec la présente campagne que cette rhétorique n’a pas vraiment d’impact sur la population ciblée dans la présente campagne.

La légère baisse de vaccination constatée par les équipes du CIUSSS peut aussi être attribuable à une plus grande disponibilité de vaccins gratuits dans les pharmacies et les GMF. Le CIUSSS ne veut toutefois pas prendre de chance et préfère rappeler son message sur l’importance de la vaccination pour s’assurer que toutes les personnes qui ont intérêt à se faire vacciner contre la grippe se rendent dans les cliniques.

L’autre question concerne le fait que ces populations, qui sont de l’ordre de 50 000 en moyenne par année dans la région, vont recevoir à quelques mois d’intervalle deux vaccins différents puisque celui de la COVID-19 devrait normalement être administré au cours de la prochaine année.

Sécuritaire à coup sûr

« Il y a différentes campagnes de vaccination. Chez les enfants, il arrive que l’on donne différents vaccins ou des doses espacées dans le temps. Il n’y a pas de danger à recevoir deux vaccins pendant la même année. Le système immunitaire est habitué à être en présence de nombreux pathogènes et à réagir. C’est très sécuritaire de se faire vacciner », reprend Myriam Tremblay.

La santé publique mène chaque année différentes opérations de vaccination. Dans la région, la population est globalement favorable à cette mesure de protection sanitaire. L’infirmière indique que 90 % des enfants se font vacciner sur une base annuelle, ce qui est considéré comme un très bon taux de vaccination.

Pour les personnes qui ne sont pas à risque, il est possible de se faire vacciner et ce service coûte de 20 à 25 $ en fonction de la disponibilité des vaccins dans les cliniques et les pharmacies. Depuis 2018, les études ont démontré qu’il n’était pas nécessaire pour les personnes de 65 ans à 75 ans sans maladie chronique de se faire vacciner. Les personnes de 65 ans qui décident malgré tout de se faire vacciner dans les cliniques du CIUSSS n’auront pas à défrayer le coût du vaccin.