Le motocycliste Maurice Riverin a perdu le contrôle de son engin en épargnant un cycliste qui lui a coupé la route.

Gravement blessé en tentant d’éviter un vélo

La balade à moto de Maurice Riverin a tourné au cauchemar alors que l’homme de 72 ans a perdu le contrôle de son engin en tentant d’éviter de justesse un cycliste qui lui a coupé la route.

Celui qui conduit des motos depuis plus de 55 ans s’en tire avec des doubles fractures à huit côtes, le bassin fracturé, une omoplate cassée et une perforation au poumon, en plus de multiples plaies et ecchymoses.

Mardi après-midi, M. Riverin a pris la route seul, sans sa femme qui l’accompagne habituellement. Circulant sur la route Villeneuve à la limite de Saint-Honoré, il se souvient d’avoir roulé sur un long segment droit, sans courbe.

« J’ai vu le cycliste qui s’est tourné la tête par en arrière, vers moi. J’ai pensé qu’il m’avait vu, mais ce n’était pas le cas. Il a entrepris son virage vers la gauche pour atteindre l’embranchement du rang. J’arrivais trop proche de lui alors j’ai donné un coup pour l’éviter. J’ai freiné au maximum. C’est un réflexe naturel de freiner. J’ai tenté de l’éviter pour ne pas le blesser et c’est moi qui a mangé le coup », raconte le motocycliste toujours hospitalisé à Chicoutimi. Selon l’une des témoins, il aurait glissé au sol tandis que la moto aurait été projetée dans les airs.

Malgré ce malheureux accident, Maurice Riverain ne compte pas délaisser sa passion pour la moto.

Après l’accident, il n’a jamais été seul. Deux dames qui ont vu l’accident et le cycliste sont restés à ses côtés. La suite du récit est floue pour Maurice Riverin.

« J’ai entendu la voix d’une dame qui m’est venue en aide qui épongeait le sang sur mon visage. Elle m’encourageait. Je n’ai aucune idée de la durée de l’intervention. Je n’ai aucun souvenir d’avoir fait le trajet en ambulance. Je me suis ensuite réveillé à l’hôpital », témoigne celui qui ne voit pas sa passion pour la moto être pour autant affectée.

Heureusement, la guérison se déroule bien pour le septuagénaire qui vient d’être victime de son premier accident majeur à moto. La récupération se déroule plus rapidement que les estimations des médecins. Maurice Riverin a bien hâte de retrouver le confort de sa résidence.

Un message de cohabitation
En racontant son histoire, la famille Riverin ne souhaite aucunement s’attaquer aux cyclistes. Le clan tissé serré raconte cette mésaventure dans le but de lancer un message de cohabitation et de respect, peu importe le véhicule ou le moyen de transport. « Le cycliste a déclaré aux policiers qu’il ne m’a pas vu. Je crois que ça peut arriver. Ce sont des choses possibles », ajoute M. Riverin. « On connaît des cyclistes. On ne veut pas de flammèches. On ne parle pas que des motos et des vélos, on parle de voitures, de vélos, de motos, de bateaux. Dès que tu as un volant dans les mains, tu dois être vigilant et prudent », explique la fille du motocycliste, Caroline Riverin.

La famille Riverin souhaite lancer un message de cohabitation et de respect.

La conjointe de Maurice Riverin n’ose pas imaginer ce qui serait arrivé si elle avait accompagné son mari des 47 dernières années. Martine Villeneuve en profite pour lancer un appel. Elle aimerait bien avoir des nouvelles du cycliste impliqué dans ce malheureux incident. « On espère qu’il est correct », ajoute sa fille.