N'importe qui peut entrer sur le site de l'ancienne usine Graphic Packaging.

Graphic Packaging: prélude à la démolition

Le dossier de l'avenir du site de l'ancienne usine de Graphic Packaging à Jonquière commence à s'éclaircir alors que la direction régionale du ministère du Développement durable et de Lutte contre les Changements climatiques s'attend au dépôt d'une étude de caractérisation des sols au plus tard le 16 août prochain, ce qui devrait être le prélude aux travaux de réhabilitation du site et de la démolition des installations. À court terme, le problème d'accès et de la sécurité des lieux demeure entier.
Ces renseignements ont été fournis au député de Jonquière, Sylvain Gaudereault, à la suite de la rencontre tenue mercredi après-midi avec les représentants du ministère. 
En conférence de presse, M. Gaudreault a expliqué que même si BayShore est le propriétaire des lieux, il est de la responsabilité du dernier opérateur des installations, Graphic Packaging, de procéder à la caractérisation et de la réhabilitation du site industriel. Cette responsabilité est basée sur l'article 31.51 de la Loi sur la qualité de l'environnement qui édicte que celui qui cesse définitivement d'exercer une activité industrielle ou commerciale appartenant à l'une des catégories désignées par règlement du gouvernement est tenu de procéder à une étude de caractérisation du terrain où elle s'est exercée, dans les six mois de cette cessation d'activité ou dans tout délai supplémentaire n'excédant pas dix-huit mois que peut accorder le ministre, aux conditions qu'il fixe, dans l'éventualité d'une reprise d'activités. « Nous avons la confirmation à l'effet qu'à partir du moment où Graphic Packaging est responsable et que même si BayShore continue d'être délinquante, ça n'empêche pas la réhabilitation du site », affirme M. Gaudreault.
Lorsque le ministère aura reçu l'étude, il disposera d'un délai d'un mois pour valider l'étude et le plan de réhabilitation, ce qui inclut la démolition de l'usine. Un premier jet de cette étude a été déposé à la suite de la vente par Graphic Packaging à BayShore et des demandes de compléments ont été déposées par le ministère. Le député a donné l'assurance qu'il effectuerait un suivi serré du dossier. Il souhaiterait que les premiers travaux de démolition puissent se faire au cours de l'automne juste avant l'arrivée de l'hiver.
Sécurité 
En ce qui a trait à l'accès des installations et à la sécurité des lieux après le décès d'un travailleur et le déclenchement de six incendies, M. Gaudreault admet que du travail reste à accomplir du côté de la ville. « J'invite la ville à mettre en branle des mesures de sécurité pour s'assurer qu'il n'y ait plus d'incidents qui pourraient se traduire par des blessures graves ou des morts. Il va falloir que la ville prenne ses responsabilités », déclare M. Gaudreault.
Selon lui, en vertu des articles 1457 et 1467 du Code civil, la ville dispose des pouvoirs pour sécuriser le site avec les moyens nécessaires et pour refiler la facture à la compagnie au nom de l'intérêt public. 
M. Gaudreault se dit prêt à travailler pour que Saguenay puisse obtenir des aides financières du gouvernement du Québec pour la sécurisation des lieux en cas de besoin.