L’ancienne usine Graphic Packaging a souvent fait la manchette au cours des derniers mois. Une quinzaine d’incendies criminels y ont été allumés.

Graphic Packaging mise en demeure

Le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) prend les grands moyens dans le dossier de l’ancienne usine Graphic Packaging de Jonquière. La ministre Isabelle Melançon a envoyé une mise en demeure à la compagnie américaine afin que celle-ci fournisse l’étude de caractérisation des sols d’ici le 5 mars.

Si Graphic Packaging ne répond pas favorablement à cette demande, le MDDELCC compte utiliser son pouvoir d’ordonnance afin de faire avancer le dossier. Cette manoeuvre est accompagnée de pénalités sur la Loi sur la qualité de l’environnement pouvant s’élever à plusieurs milliers de dollars. 

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a été informé de la nouvelle par la ministre Melançon vendredi. Il félicitait sa consœur d’avoir pris une telle mesure.

« L’étude de caractérisation des sols est la première étape pour lancer le processus de réhabilitation du site, qui comprend notamment la démolition », a fait valoir M. Gaudreault en entrevue téléphonique, ajoutant que l’utilisation du pouvoir d’ordonnance par un ministère est très rare.

« Ça veut dire que le processus est vraiment enclenché, a-t-il poursuivi. La ministre saisit sa responsabilité pour obtenir la démolition de l’usine. Le ministère de l’Environnement n’avait jamais mis en demeure la compagnie pour obtenir la caractérisation des sols. Il le fait, en plus de brandir le pouvoir d‘ordonnance s’il n’y a pas de réponse satisfaisante à la mise en demeure. C’est une bonne nouvelle, je suis content de cette décision de la ministre et je l’appuie. Ça veut dire qu’on serait dans les délais pour obtenir la démolition de l’ancienne usine en vue de l’été. »

Au début du mois, Graphic Packaging avait pourtant déposé un plan de réhabilitation du site au bureau régional du MDDELCC. Tout porte à croire que ce plan n’était pas satisfaisant, ce qui a poussé le ministère à agir.

Rappelons que le site de l’ancienne cartonnerie de Jonquière appartient maintenant à Bay Shore, mais puisque Graphic Packaging est le dernier exploitant sur le terrain, c’est l’entreprise qui est responsable du sort des installations abandonnées.

Sylvain Gaudreault a avoué avoir été « agréablement surpris » par le court délai donné par le MDDELCC à Graphic Packaging.

« Ça veut dire que si la compagnie ne répond pas de façon satisfaisante à la mise en demeure, la ministre va pouvoir utiliser son pouvoir d’ordonnance dans les jours suivants, a-t-il souligné. Le mois de mars va être décisif pour la suite des choses. »

Le député péquiste a réitéré son désir de voir le site être libéré des anciennes installations de l’usine Cascades. Tout d’abord dans le but d’assurer la sécurité des citoyens, mais également pour attirer d’éventuels investisseurs.

« Je ne lâcherai pas, comme je l’ai fait depuis le début, afin d’assurer la démolition le plus rapidement possible », a conclu Sylvain Gaudreault.