Les cyclistes se sont rendus à Saint-Ferréol-les-Neiges, le village natal d’Alex Harvey (à droite, VIP1), tôt vendredi matin, avant de se rendre au Parc de la Chute-Montmorency.

Grand défi Pierre Lavoie: une étape de nuit difficile

L’épreuve la plus difficile du Grand défi Pierre Lavoie est maintenant loin derrière les cyclistes. Ils ont été environ 200 à avoir complété le parcours qui relie La Malbaie à Saint-Férréol-les-Neiges, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Un seul membre de chaque équipe était autorisé à participer à cette épreuve. « Je vous dirais qu’on s’attendait à ce que ce soit difficile et ça l’a été. C’est l’étape la plus difficile du parcours de cette année. On savait qu’il allait y avoir des côtes, que c’était la première étape de nuit, mais en plus il y a eu beaucoup de pluie », a raconté la directrice aux communications de l’événement, Stéphanie Charette, dans un entretien avec Le Progrès.

Rappelons qu’ils étaient 1075 cyclistes à commencer le parcours du Grand défi Pierre Lavoie (GDPL), vendredi midi, à l’Agora de La Baie. Ces cyclistes prennent part à une virée de 1000 km à vélo qui traverse le Québec. Pour la première étape, ils se rendaient à L’Anse-Saint-Jean, à 67 kilomètres de distance. Selon la directrice des communications, tout s’était super bien déroulé.

Entre L’Anse-Saint-Jean et La Malbaie, les difficultés ont commencé. « Nous avons pu voir c’était quoi des côtes ! », a blagué la directrice, alors que les cyclistes ont affronté quelques 1400 mètres d’ascension. Au moins, ils sont arrivés à temps à La Malbaie pour regarder sur leurs écrans la fin du match des Raptors de Toronto, dans la NBA, un moment marquant et heureux de l’édition de cette année. Les cyclistes les plus aguerris ont pris part dans la nuit de jeudi à vendredi, à la troisième étape jusqu’à Saint-Férréol-les-Neiges, le village natal d’Alex Harvey.

Les 1075 cyclistes poursuivent leur route vers Montréal.

L’athlète olympique était d’ailleurs au rendez-vous, vendredi matin, pour une activité spéciale qui était organisée avec l’école primaire du coin, là où il a grandi. « Ils étaient 191 jeunes à nous accompagner pour une balade dans les rues, sur le coup de 8 h 20. Ç’a été un moment très agréable, qui va certainement marquer l’édition 2019 du Grand défi », a continué la directrice.

L’étape suivante constituait à se rendre au Parc de la Chute-Montmorency. Pour la première fois, le peloton prenait un détour pour aller apprécier la beauté de l’île d’Orléans. Mme Charette a trouvé ces paysages magnifiques.

Au moment de l’appel avec Mme Charette, les cyclistes se rendaient à Thetford Mines, pour ensuite se rendre à Warwick, sur les coups de minuit. Ils profiteront d’un moment de repos dès leur arrivée à Drummondville, samedi matin, avant de participer à une journée bien spéciale.

La boucle

Environ 4500 s’ajouteront aux cyclistes, samedi, pour effectuer l’étape de La Boucle. Ce circuit de 135 km, où les routes sont fermées à la circulation, est rendue une tradition immanquable du Grand défi. Parents, amis et amateurs de ce sport ne manquent jamais l’appel pour venir à cette journée remplie de magie.

En soirée, les cyclistes du 1000 km se rendront à Granby, dans la nuit de samedi à dimanche. Ils s’arrêteront à Saint-Jean-sur-Richelieu, avant la toute dernière journée au programme. Dimanche, ils traverseront Brossard, avant de se rendre à la ligne d’arrivée située au Stade olympique de Montréal.