Des représentants de GNL Sag-Lac se sont rendus devant le Parlement de Québec mercredi.
Des représentants de GNL Sag-Lac se sont rendus devant le Parlement de Québec mercredi.

GNL Sag-Lac réplique à la pétition des groupes environnementaux

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
«L’acceptabilité sociale, c’est réglé, on l’a! 85% de la population du Saguenay-Lac-Saint-Jean appuie le projet de GNL Québec.»

C’est ainsi que le porte-parole du Mouvement citoyen GNL Sag-Lac, Yvon Laprise, résume le message qu’il est allé lancer au gouvernement Legault à Québec, mercredi matin.

L’intervention de GNL Sag-Lac fait écho à celle de plusieurs groupes environnementaux, dont Greenpeace, qui ont remis, mardi, une pétition contenant 110 000 noms de personnes s’opposant à l’implantation de l’usine de GNL Québec au Saguenay. Un chiffre qui veut dire bien peu, selon M. Laprise, si l’on tient compte de la provenance des personnes ayant apposé leur signature.

«On se demande d’où viennent les signataires de la pétition. On a essayé de savoir le ratio, mais on n’a jamais été capable de savoir le pourcentage de gens qui proviennent du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Montréal se mêle beaucoup de nos décisions, mais nous sommes dans une région industrielle, et la décision doit être prise par des gens qui ont une expertise industrielle. Et les gens de la région sont tannés de se faire dire quoi faire par Montréal», a affirmé le porte-parole au Quotidien.

Alors que les données avancées par M. Laprise s’appuient sur un sondage SEGMA mené dans la région en septembre dernier, révélant que la population régionale était majoritairement en faveur du projet GNL Québec, Greenpeace se base sur un sondage Léger publié le 2 décembre. Celui-ci, réalisé à travers la province, conclut que près d’un Québécois sur deux est défavorable à GNL Québec.

Or, Yvon Laprise remet en doute la validité de celui-ci et la justesse des questions. «Selon les résultats du sondage, 79% des gens ont répondu ne pas connaître le projet. On se demande alors quelles étaient les questions...»

Rappelons que les dernières audiences du BAPE concernant le projet d’usine de liquéfaction de GNL ont pris fin le 4 novembre. La commission d’enquête doit rendre son rapport au plus tard le 13 janvier prochain.