GNL Québec: un «BAPE 2.0» organisé sur les enjeux de santé

Myriam Gauthier
Myriam Gauthier
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Une coalition de groupes en santé tiendra, jeudi soir, un « BAPE 2.0 » consacré aux enjeux de santé liés au projet de GNL Québec.

L’événement en mode numérique qui a lieu à partir de 19h rassemblera des représentants de trois associations en santé ainsi qu’une professeure de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Ce « BAPE 2.0 », qui prendra la forme d’une soirée d’échanges et de discussions, sera consacré aux « enjeux de santé largement ignorés et associés » au projet de complexe de liquéfaction de gaz naturel de GNL Québec à Saguenay, ont indiqué les organisateurs, par voie de communiqué mercredi.

L’événement prend place une semaine après la fin des audiences du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) sur le projet.

Les groupes La Planète s’invite en santé et la Communauté ergothérapique engagée pour l’environnement, qui ont tous deux présenté un mémoire lors des audiences, présenteront leur document durant la soirée.

L’Association québécoise des médecins pour l’environnement, qui a également soumis un mémoire au BAPE, prendra aussi la parole. « Ces mémoires soulèvent de nombreuses questions qui n’ont toujours pas été répondues par les commissaires du BAPE actuel, notamment quant à l’évaluation des impacts sanitaires et psychosociaux du projet », soulignent les organisateurs.

Plusieurs intervenants ont partagé des préoccupations sur ces enjeux, durant la seconde partie des audiences du BAPE. L’absence de représentants du ministère de la Santé en première partie des audiences, en septembre, avait aussi été critiquée.

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, et la députée solidaire Ruba Ghazal ont également confirmé leur présence à cette soirée. Les deux élus, qui sont porte-parole en matière d’environnement pour leur formation politique respective, ont présenté un mémoire devant le BAPE et ont appelé au rejet du projet de 9 G$.

L’événement est ouvert au grand public, aux médias et à la communauté politique. Les personnes intéressées à y assister doivent s’inscrire en ligne au préalable.