En entrevue, lundi, Josée Néron a rappelé que le conseil municipal avait adopté une résolution qui visait à ne pas donner d’appui aux projets qui iraient à l’encontre du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

GNL Québec: Josée Néron s’en remet encore au BAPE

Josée Néron réitère sa foi dans le processus d’évaluation environnementale du BAPE, dans le dossier de GNL Québec.

Lors de la dernière séance du conseil municipal, le 4 novembre, la mairesse de Saguenay a admis à la porte-parole de la Coalition Fjord, Anouk Nadeau-Farley, que les informations données aux conseillers municipaux par rapport au projet de GNL Québec provenaient à grande majorité d’études financées par le promoteur, soit l’entreprise elle-même.

Lors du conseil municipal, Anouk Nadeau-Farley avait expliqué avoir organisé une rencontre privée afin que les conseillers municipaux aient l’occasion de rencontrer trois des spécialistes invités par la Coalition Fjord pour leur poser leurs questions. Elle précise que les spécialistes étaient « indépendants », donc qu’ils n’étaient pas « financés par le promoteur américain ». Seuls trois élus, dont Mme Néron, se sont présentés à la rencontre. 

Interrogée en marge des cérémonies du jour du Souvenir, Mme Néron maintient que certains conseillers municipaux se sont présentés à des séances d’information, mais elle ne peut pas préciser le nombre étant donné que les conseillers municipaux sont eux-mêmes responsables de leur horaire de travail.

Elle souligne être « toujours ouverte » à rencontrer des spécialistes et scientifiques indépendants. « Pour moi, c’est important d’entendre les arguments et les préoccupations de tout le monde. Vous avez le BAPE (Bureau d’audiences publiques sur l’environnement) qui va se passer, de ce que j’entends c’est d’ici la fin de l’année ou au début de l’année prochaine, et vous avez une foule d’experts qui seront là. La beauté de ce qu’on a ici au Québec, c’est qu’on a un processus d’audiences environnementales qui permettent justement à des gens qui ont tous les pouvoirs de poser toutes les questions et obtenir toutes les réponses, alors moi j’ai confiance dans le BAPE, et je me dis que lorsque ça va se tenir on va avoir encore plus d’informations par rapport aux enjeux. »

Josée Néron rappelle que les membres du conseil municipal sont « là pour recevoir de l’information » et ne sont « pas fermés à recevoir quoi que ce soit ».

Mme Néron explique que tous les projets, tant celui de GNL Québec que les autres, peuvent être peaufinés grâce aux informations rassemblées en cours de développement. Elle souligne que le mandat de la Ville est de « donner ses orientations ».

Lundi dernier, la porte-parole de la Coalition Fjord, Anouk Nadeau-Farley, avait demandé à Josée Néron si les conseillers municipaux avaient consulté des sources d’informations indépendantes du promoteur GNL Québec.

« Par rapport à la zone industrialo-portuaire, ce qu’on dit, c’est qu’on veut des projets porteurs de développement économique, qui passent le BAPE et qui permettent à notre région de progresser. Ça, c’est la portion que la ville doit encadrer, à savoir l’implantation, les effets visuels, la sécurité publique. C’est pour ça qu’il y a des comités qui accompagnent chacun des projets. Ce serait n’importe quel projet, et ce serait identique, pour la zone industrialo-portuaire, parce qu’on veut bien accompagner le projet. »

Josée Néron déplore la dichotomie qui caractérise le projet de GNL Québec en ce moment. « Ce qui est malheureux, c’est qu’on est toujours concentré sur un seul projet, mais quel message est-ce qu’on envoie à l’extérieur ? Qu’on n’est pas ouvert au développement économique. » Elle rappelle également la résolution adoptée par le conseil, à savoir qu’un projet qui ne « passe pas le BAPE » n’obtiendra pas l’appui de la ville.

« C’est inadmissible »

Jointe vendredi, Anouk Nadeau-Farley avait déclaré « inadmissible » les aveux de Mme Néron concernant les sources consultées par les élus de Saguenay. Elle remettait également en question la rencontre organisée par Promotion Saguenay, le mardi 12 novembre, qui veut présenter un nouveau groupe d’appui aux grands projets industriels de la région. « Ça suscite des questionnements, puisque Promotion Saguenay est près de la Ville de Saguenay. » Elle rappelle que « personne dans le mouvement de la Coalition Fjord n’est contre le développement économique de la région, c’est essentiel, mais ça peut se faire en concordance avec autre chose. »