André Paradis demande le report des audiences du BAPE pour le projet Énergie Saguenay de GNL Québec.
André Paradis demande le report des audiences du BAPE pour le projet Énergie Saguenay de GNL Québec.

GNL Québec: André Paradis demande le report des audiences du BAPE

Katherine Boulianne
Katherine Boulianne
Le Quotidien
Une autre voix se fait entendre contre la présentation virtuelle des audiences du BAPE dans le dossier de GNL Québec. Après la Coalition Fjord la semaine dernière, c’est au tour du préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean Est, André Paradis, de demander à ce qu’on reporte les rencontres prévues afin de pouvoir les tenir en présentiel.

La reprise des travaux doit se faire le 26 octobre prochain et sera diffusée sur le site Web du BAPE ainsi que sur Facebook. Or, selon M. Paradis, la poursuite des audiences devrait plutôt respecter la façon de faire habituelle. «Ce n’est pas correct pour un Bureau d’audiences publiques de l’importance de GNL. Le promoteur devrait lui-même demander à ce que ce soit remis pour que cela puisse se faire en direct.»

La première partie des audiences du BAPE s’est tenue à l’hôtel Le Montagnais en septembre.

Le plus gros problème d’un processus tenu via une plateforme numérique, selon le préfet? «Pour avoir vécu deux gros bureaux d’audiences publiques, dont celui de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean (RMR), il n’y a rien de mieux que le présentiel pour vraiment sentir le pouls des gens et leurs besoins. Le BAPE de la RMR n’aurait pas été si concluant si nous n’avions pas été sensibles à la population et ce qu’elle nous amenait lors des rencontres. C’est important la relation humaine là-dedans.»

Le regroupement Développement économique 02, dont font partie la MRC de Lac-Saint-Jean Est ainsi que les quatre autres MRC du Saguenay-Lac-Saint-Jean, présentera lui-même un mémoire durant la deuxième partie des audiences de GNL Québec. André Paradis craint d’ailleurs que cette étape du processus soit plus laborieuse pour bien des organismes qui souhaitent se faire entendre.

« Peu importe qu’on soit pour ou contre le projet. Pour ceux qui veulent vraiment présenter quelque chose, avec un dossier étoffé, je pense que c’est en public que ça se fait», résume André Paradis au Quotidien.

C’est dans un communiqué publié le 2 octobre dernier, la Commission d’enquête du BAPE a laissé savoir qu’elle n’entendait pas présenter la deuxième partie des audiences de GNL Québec en public. «Considérant les récents changements relatifs à la situation entourant la COVID-19 et les mesures applicables, la commission préfère ne pas tenir de rassemblement et éviter les déplacements d’une zone à l’autre.»