L'événement en est à sa troisième édition.

Glisse en ville: plusieurs courageux bravent le froid

Des dizaines et des dizaines d'enthousiastes ont dévalé la rue Racine sur leur tube gonflable, vendredi soir à Chicoutimi, lors de la Glisse de nuit de la troisième édition de Glisse en ville Saguenay.
Glisse de nuit a attiré plusieurs courageux, malgré le temps plutôt frisquet.
« Ils sont malades », disait un passant croisé entre les rues Labrecque et Lafontaine. Une façon intéressante de décrire les participants, qui étaient surtout des jeunes, mais on comptait aussi des adultes. Certains mettaient une veste par-dessus leur maillot de bain.
« Il fait un peu frisquet, mais on a toujours du fun ici », assure Claudia Larouche. La jeune femme portait fièrement dans ses bras un dauphin gonflable pour glisser, ses amies à ses côtés.
En bas de la structure, le jeune Isaac Ouellet, 12 ans, barbotait tranquillement dans la mare d'eau à l'arrivée. Est-ce qu'il trouve qu'il fait froid lui aussi ? « Pantoute ! On s'amuse, c'est plaisant avec la musique et la lumière », confie-t-il vigoureusement.
La soirée, où un DJ anime sur place, se répétera samedi de 20 h à 23 h. Différents forfaits existent pour la journée, de 11 h à 17 h samedi et dimanche, et la partie nocturne. Il est aussi possible de louer un tube gonflable sur place, à la billetterie qui se trouve à la jonction des rues Racine et Bégin. Des milliers de personnes sont attendues durant la fin de semaine.
« On est agréablement surpris de voir la réponse des gens ce soir (vendredi), exprime le coorganisateur Jean-Sébastien Boudreault. C'est vraiment un extra pour l'évènement, et on peut se le permettre maintenant que l'équipement a été acheté par un promoteur de la région. »
Glisse en ville Saguenay est géré par l'Association des centres-villes de Chicoutimi. La pluie ne fait pas peur aux organisateurs. « Quand il pleut, on ne s'en rend même pas compte. L'important, c'est qu'il fasse chaud, et ça devrait être le cas avec un ressenti de près de 30 degrés Celsius », indique Jean-Sébastien Boudreault.
Pour cette troisième édition, l'équipe a constaté une grande présence de la part des gens sur les réseaux sociaux. « Il y a eu un grand buzz, c'est assez incroyable. Dans les dernières 48 h, on a eu plus de 300 nouveaux participants à l'évènement sur les médias sociaux, c'est une belle surprise », remarque Jean-Sébastien Boudreault.
Vendredi, les gens semblaient surtout avoir gardé leur coeur d'enfant. « On a l'habitude de dire ici : peu importe notre âge au départ, on finit tous à l'arrivée avec huit ans d'âge mental, rigole Jean-Sébastien Boudreault. On est l'un des rares évènements au centre-ville où les parents et les enfants peuvent s'amuser ensemble et oublier leurs tracas. C'est déjanté quand même, voir tout ce monde en maillot de bain sur la rue Racine ! » Avec Pauline Mourrat