Le colonel Couture a eu l’opportunité de prendre part au Spectacle aérien de Bagotville avec son équipage à bord de l’Aurora, en 2005, puis d’y retourner en 2009 et en 2013. Sur la photo, il pose en compagnie de son bon ami Carl Dufour, conseiller municipal dans le secteur d'Arvida. 
Le colonel Couture a eu l’opportunité de prendre part au Spectacle aérien de Bagotville avec son équipage à bord de l’Aurora, en 2005, puis d’y retourner en 2009 et en 2013. Sur la photo, il pose en compagnie de son bon ami Carl Dufour, conseiller municipal dans le secteur d'Arvida. 

Gilles Couture, colonel de fil en aiguille

Si vous lui aviez posé la question lorsqu’il était jeune, jamais Gilles Couture ne vous aurait répondu qu’il s’imaginerait devenir colonel dans les Forces armées canadiennes. Il n’aurait même jamais pensé devenir militaire. Pourtant, grâce à divers événements qui se sont produits au bon moment, l’homme, originaire d’Arvida, a été promu colonel en juin dernier. Même si son métier comporte son lot de défis, le militaire est loin de regretter son choix de carrière et en est aujourd’hui passionné.

Gilles Couture considère son parcours comme étant différent de ceux ses collègues. Il n’a pas été élevé dans une famille où les membres font partie des Forces armées et n’a pas toujours su qu’il souhaitait s’y enrôler. Il a plutôt découvert une annonce dans le journal où le programme d’emploi d’été pour jeunes de la réserve navale y était mentionné alors qu’il terminait sa première année au Cégep de Jonquière en 1987.

« J’ai appliqué au programme, puisque je me cherchais tout simplement un emploi d’été. C’était un cours de base des militaires qui était adapté à la réalité de Chicoutimi », a-t-il expliqué, à l’occasion d’une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Il a ensuite eu l’opportunité de poursuivre cet emploi à temps partiel tout en terminant ses études collégiales et universitaires. Le militaire continuait également à acquérir de nouvelles connaissances et compétences dans les Forces armées, en devenant notamment officier.

« C’était une expérience assez enrichissante de participer au cours de base de la réserve navale en Colombie-Britannique, puisque provenant du Saguenay, nous n’avons pas tellement l’opportunité de parler en anglais. J’ai donc dû apprendre cette nouvelle langue assez rapidement », a souligné le militaire.

Des forces navales à la force régulière

Après avoir terminé son baccalauréat, le colonel Couture a trouvé un emploi civil à temps plein en informatique, mais a tout de même poursuivi son emploi dans la réserve navale à temps partiel.

Le colonel Gilles Couture a été promu colonel en juin 2020. Il se trouve avec le vice-chef d’état-major de la Défense et l’adjudant-chef du vice-chef d’état-major de la Défense sur la photo.

« À cette époque, j’avais une maison à Jonquière avec ma femme et mes deux enfants. Il est venu un moment où je travaillais énormément avec mes deux emplois. Lorsque j’étais un peu plus jeune, je m’étais dit que j’aimerais mieux travailler à temps plein dans les forces régulières plutôt que dans la réserve navale. J’ai donc choisi cette option », a souligné celui qui a servi plus de douze ans dans la réserve navale.

Même si travailler dans les Forces armées canadiennes n’est jamais venu à l’esprit de M. Couture lorsqu’il était enfant, il a toujours été fasciné par l’aviation.

« Je devais avoir 11 ans lorsque mon père m’a amené au Spectacle aérien de Bagotville, s’est-il remémoré. J’ai toujours été intéressé par l’aviation alors j’ai appliqué pour être dans la force aérienne. J’étais lieutenant de marine à la réserve navale, mais j’ai été rétrogradé lorsque j’ai joint la force régulière. Nous avons dû déménager à Winnipeg pour mon cours de base. Ç’a été un changement important, c’est certain. »

Le militaire a ensuite été muté à plusieurs escadres au travers le Canada. Passant de Winnipeg, à Greenwood, à Halifax, à Comox, puis à Ottawa, c’est finalement au Quartier général de la 1re Division aérienne du Canada, basé à Winnipeg, qu’il a été transféré à nouveau après avoir été promu colonel à la fin de juin 2020.

Au fil de ses mutations et de ses déploiements, le colonel Couture a occupé de nombreux postes. Grâce à l’expérience et aux formations, il a pu être placé dans des positions où les responsabilités s’accumulaient de plus en plus, jusqu’à ce qu’il devienne aujourd’hui colonel.

« Être militaire est une expérience extrêmement enrichissante, puisque j’ai pu rencontrer des gens de partout au Canada et même au travers le monde. Je peux créer des liens avec plusieurs personnes des nations alliés et les contacts que j’ai avec eux sont importants pour moi. Dans la vie, on peut vivre toutes sortes d’expériences, mais les gens qu’on rencontre au fil de notre parcours font une grande différence », a soulevé celui qui en est à sa 33e année de service dans les Forces armées canadiennes.

Le colonel Couture a travaillé comme opérateur de système de combat aérien sur le CP-140 Aurora, qui est l’avion de surveillance des Forces armées canadiennes basé à Greenwood, en Nouvelle-Écosse, et à Comox, en Colombie-Britannique. Il a d’ailleurs déployé avec l’Aurora à maintes reprises comme officier d’état-major.

Le support de la famille

Interrogé face au support de sa famille au fil de sa carrière, le militaire a répondu qu’il ne pourrait pas être plus chanceux.

« Ma conjointe, qui est aussi originaire de la région, est extraordinaire. Il y a eu des défis, puisque ce n’était pas évident pour elle de toujours changer d’emplois lorsque j’étais muté ailleurs, mais nous avions la même envie de voyager pour découvrir le monde alors elle m’a toujours soutenu et avait toujours le même goût de l’aventure que moi. Je me considère vraiment chanceux », a-t-il conclut.