Sylvain Gaudreault, seul député du PQ élu dans la région, a été accueilli en héros par ses militants réunis à la microbrasserie l’Hopéra de Jonquière.

Gaudreault échappe à la vague caquiste

(Mélyssa Gagnon) – Seul député élu sous la bannière du Parti québécois (PQ) au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Sylvain Gaudreault a échappé à la vague caquiste. Après avoir récolté 48 pour cent des voix, il continuera de représenter les électeurs de Jonquière à l’Assemblée nationale pour les quatre prochaines années.

« Gens de Jonquière, merci! Encore une fois, vous me permettez, à mon équipe et à moi, de faire la démonstration de ce qui est le plus important, le rôle le plus fondamental. Ce pourquoi on va d’abord en politique, c’est pour faire le travail de terrain, être d’abord et avant tout député de Jonquière », a déclaré l’élu, lorsqu’il s’est adressé aux militants qui l’attendaient à l’Hopera, sur la rue Saint-Dominique.

C’était quelques minutes après son arrivée à la microbrasserie, alors qu’une avance confortable lui garantissait de conserver son siège. 

Celui qui a été élu pour une première fois en 2007 n’a cependant jamais rien tenu pour acquis, alors que son adversaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), Benoît Rochefort, le devançait dans les sondages.

Cavalier seul 

Bien que le PQ ait mené une campagne régionale axée sur la force de l’équipe, aucun autre candidat n’a pu remporter la faveur populaire. 

« Je pense que les Québécois avaient besoin de changement et ils ont vu cette opportunité avec la CAQ. Maintenant, il faut qu’on continue notre travail. On est ici en politique parce que nous avons des convictions profondes. On croit à plus de justice sociale. Nous croyons également à un État qui va lutter fortement et résolument contre la crise climatique. Le Parti québécois a toujours été aussi le parti qui a cru au développement et à la pleine autonomie des régions. Là, on a un gouvernement majoritaire de la CAQ. Sur ces trois éléments, je peux vous assurer qu’on sera au rendez-vous pour s’assurer que ce gouvernement répondra présent», a assuré le député, après avoir fait l’accolade à des bénévoles, versant quelques larmes au passage.

Souveraineté 

Le parti fondé par René Lévesque a enregistré le score le plus bas de son histoire et a vu la forteresse péquiste de Chicoutimi lui glisser entre les doigts. Sylvain Gaudreault est malgré tout convaincu que la souveraineté du Québec est toujours au goût du jour. « Il faut continuer d’aller devant les gens, l’expliquer. Il faut aussi continuer d’essayer de rendre la souveraineté moderne. La raison première de notre engagement, c’est cette volonté incarnée de faire du Québec un pays », a-t-il déclaré, sous les applaudissements bien sentis des militants.

L’enseignant Benoit Rochefort n’est pas parvenu à se faire élire pour la CAQ dans Jonquière.

+

BENOIT ROCHEFORT DÉÇU

(Pierre-Alexandre Maltais) – Le candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ), Benoit Rochefort, n’aura finalement pas réussi à détrôner Sylvain Gaudreault comme député de Jonquière. 

Malgré l’élection d’un gouvernement caquiste fortement majoritaire, l’ambiance était mi-figue mi-raisin, lundi soir, au Calypso de Jonquière, où une trentaine de partisans de la CAQ s’étaient réunis. 

La déception d’avoir échappé le comté malgré la vague caquiste qui a frappé la province était palpable sur le visage de l’enseignant de formation. 

« Ça aurait été le fun de dire ‘‘I win ! ’’ Je croyais qu’on allait avoir du changement à Jonquière, mais on a choisi le statu quo. Possiblement que l’individu est plus fort que son parti », a dit Benoit Rochefort à propos de sa défaite aux mains de Gaudreault. 

Plagiat

Rappelons que la campagne de Benoit Rochefort avait connu des ratés quand son renvoi de l’Université du Québec à Chicoutimi pour avoir plagié à son examen doctoral a été rendu public. 

« Des gens se sont amusés à faire des règlements de compte durant la campagne. Je ne sais pas si ç’a eu de l’importance », a-t-il déploré sur un ton amer pendant son discours à ses partisans. 

+

DUGUAY SURPRIS PAR L'AMPLEUR DE LA DÉFAITE 

(Stéphane Bégin) – Le candidat libéral dans Jonquière, Alexandre Duguay, sort grandi de la dernière campagne électorale, même s’il n’a pas été en mesure de remporter la victoire. Il se dit surpris de la victoire sans équivoque de la CAQ.

« Il y a de la déception. Et de la surprise. On s’attendait à une élection très serrée et je suis très surpris de voir que la majorité de la CAQ est aussi grosse. C’est aussi paradoxal que c’est le seul parti qui n’avait pas de candidat de moins de 25 ans. Le parti s’appelle pourtant la Coalition avenir du Québec et représente le changement. Je suis un peu perplexe », a lancé Alexandre Duguay, présent au rassemblement libéral de Roberval.

« J’ai eu une belle campagne électorale dans Jonquière. Ce fut positif. On a fait une belle campagne avec les autres candidats. Je retire du positif et j’ai appris beaucoup », a-t-il poursuivi.