Le député Sylvain Gaudreault veut savoir s'il existe des recours en révision pour le Patro de Jonquière.

Gaudreault demande des comptes

Sylvain Gaudreault veut connaître les raisons qui ont motivé le refus du ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport (MELS) de soutenir financièrement le projet d’agrandissement du gymnase du Patro. Le député péquiste de Jonquière vient d’envoyer une lettre au premier ministre, à qui il demande des comptes.

Le Patro, qui se trouve au coeur de la circonscription de Sylvain Gaudreault, revêt une importance particulière à ses yeux. Il reconnaît l’apport indéniable de cette institution, vieille de 70 ans, à la vitalité de son secteur. Selon lui, l’organisme communautaire et de loisirs, dirigé par Yannick Gagnon, a fait preuve d’une volonté remarquable en amassant 2 millions $ en provenance de la collectivité, ce qui équivaut à la moitié de l’enveloppe requise pour la refonte du gymnase.

Suivant l’annonce du refus, livrée en début de semaine, Sylvain Gaudreault a pris la plume à l’intention de Philippe Couillard, en sa capacité de premier ministre, mais aussi en raison de sa fonction de ministre responsable la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Stade multisport
En plus de demander s’il existe des recours en révision pour le Patro, le député Gaudreault veut savoir comment le député libéral de Dubuc, Serge Simard, a pu dire, en entrevue à la radio, que le projet de construction d’un stade multisport à Jonquière a été privilégié par Québec, alors que Saguenay n’a pas encore obtenu de réponse à sa demande.

« Considérant que les analyses du ministère sont faites sur la base de critères objectifs, comment le député de Dubuc peut-il prétendre qu’on a fait un choix ? Et, subsidiairement, s’il est informé de l’appui du ministère au projet de stade multisport, qu’attend le gouvernement pour informer dûment la promotrice, soit la municipalité de Saguenay ? », écrit Sylvain Gaudreault.

Le politicien croit que le MELS a commis une erreur en mettant les projets du soccer dôme et du Patro dans le même panier.

« Le ministère est tombé dans le piège de comparer deux projets distincts et de les mettre en compétition. Il ne fallait pas faire ça », a-t-il mentionné, au cours d’un entretien téléphonique. Il a aussi rappelé que le Patro est un organisme sans but lucratif (OSBL), et que plusieurs particuliers et entreprises ont offert une contribution financière pour l’aménagement du nouveau gymnase.