Jennifer Girard est l’ambassadrice régionale du mouvement #Parentsfloués, qui dénonce les injustices que vivent les garderies non subventionnées par rapport aux autres types de garderies.
Jennifer Girard est l’ambassadrice régionale du mouvement #Parentsfloués, qui dénonce les injustices que vivent les garderies non subventionnées par rapport aux autres types de garderies.

Garderies non subventionnées : « On veut seulement l’égalité pour tous »

Myriam Arsenault
Myriam Arsenault
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Jennifer Girard a connu une situation vécue par plusieurs parents. À moins d’une semaine de la fin de son congé de maternité, la jeune femme d’Arvida n’avait toujours pas trouvé de garderie pour son enfant et pensait devoir repousser son retour au travail. Par chance, une place s’est libérée dans une garderie non subventionnée, ce qui l’a sauvée. C’est ce qui a motivé la nouvelle ambassadrice régionale du mouvement #Parentsfloués, un regroupement de parents qui lutte pour que les garderies non subventionnées aient le même tarif unique que les autres types de garderies.

« C’est fou de se dire qu’on ne peut pas retourner travailler, parce qu’on a eu des enfants », a laissé tomber la mère de famille, lors d’un entretien avec Le Quotidien. Celle qui travaille dans le domaine de la santé avait entrepris des démarches avec sa gestionnaire, qui attendait son retour avec impatience, alors que deux autres employés étaient en congé de maternité et trois en maladie. Elle devait donc trouver une solution.

Elle a trouvé de justesse une place en garderie non subventionnée. Elle s’est ainsi retrouvée dans la même situation que 25 % parents québécois, qui fréquentent des garderies non subventionnées. Selon elle, ce n’est pas toujours par choix.

« Il manque présentement 70 000 places en garderies subventionnées et en CPE pour accueillir les enfants québécois. Donc, faire partie d’une garderie subventionnée, c’est un peu comme gagner à la loto », a-t-elle admis.

#Parentsfloués

Cette difficulté l’a motivée à rejoindre le mouvement #Parentsfloués. Récemment, de nombreux parents des quatre coins du Québec, dont les enfants fréquentent des garderies non subventionnées, ont crié à l’injustice. En novembre, le gouvernement du Québec a annoncé le retour du tarif journalier de 8,25 $ pour les garderies subventionnées et les CPE. Cette mesure ne touche pas les garderies non subventionnées.

Le regroupement demande donc au gouvernement d’appliquer le tarif journalier à toutes tes garderies, peu importe le titre.

Mme Girard a pris le rôle d’ambassadrice du mouvement au Saguenay–Lac-Saint-Jean et veut, avec cette fonction, rejoindre le plus de parents possible, parce qu’elle sait que cette nouvelle mesure amène son lot d’injustices.

« La maman qui est caissière, par exemple, au salaire minimum, va être obligée d’accepter une place dans un milieu non subventionné à 30 ou 40 $ par jour, parce qu’il n’y a pas de place ailleurs. Même avec les subventions qu’elle pourra recevoir, elle ne se rendra pas à un tarif équivalent à 8,25 $. Ce n’est pas par choix qu’elle doit fréquenter ce milieu », a-t-elle soutenu.

Mme Girard aimerait que le tarif s’applique à toutes les garderies ou encore qu’elles deviennent toutes subventionnées. C’est vers cette dernière optique que se concentre le gouvernement, mais le regroupement de parents ne pense pas que les délais soient raisonnables.

« Ce qu’on ne veut pas qui arrive, c’est que ça fasse un mouvement de masse, et que les gens quittent les milieux non subventionnés, lorsqu’il y aura de la place, éventuellement, en CPE. Ils ont été assez malmenés, avec par exemple, la création des maternelles 4 ans et ils ont un service à rendre à tous. On est bien où l’on est, on veut seulement l’égalité pour tous », a-t-elle continué.

+

UNE PÉTITION DE PLUS DE 7900 SIGNATURES EN UNE SEMAINE

Le regroupement a émis une pétition demandant un tarif journalier à 8,25 $ pour tous les services de garde. Déjà, en une semaine, plus de 7900 signataires ont montré leur appui.

Les parents souhaiteraient que le gouvernement mette sur pied un remboursement intégral de tout montant excédentaire à 8,25 $ pour les frais de garde d’enfants, rétroactivement au 1er janvier 2019, peu importe le type de service de garde fréquenté par l’enfant.

Cette pétition a été déposée à l’Assemblée nationale, grâce à l’appui de la députée de Westmount-Saint-Louis et porte-parole de l’opposition officielle en matière de famille, Jennifer Maccarone. Cette dernière a déposé la pétition le 6 décembre dernier. Depuis le 10 décembre, elle est disponible en ligne et a déjà atteint plus de 7900 signatures.

« Nous invitons tous les Québécois à signer cette pétition pour soutenir toutes les familles du Québec afin qu’elles bénéficient toutes du même tarif à 8,25 $ pour les services de garde de leur choix. La pétition est accessible via le lien http ://bit.ly/parentsfloues », a indiqué l’instigatrice du projet, Brigitte Cardinal, par voie de communiqué de presse.