Plus de 400 chambres d’hôtel ont été réservées pendant une quinzaine de jours en prévision du débarquement de centaines de policiers et de membres de services de sécurité.

G7: des hôtels affichent déjà complet

À un peu moins de deux mois de la tenue du sommet du G7 qui réunira les 8 et 9 juin prochains les chefs d’État des pays les plus développés au Manoir Richelieu de Pointe-au-Pic, le sprint final s’amorce au plan logistique. Le scénario commence à se préciser à Saguenay, alors que plus de 400 chambres d’hôtel ont été réservées pendant une quinzaine de jours en prévision du débarquement de centaines de policiers et de membres de services de sécurité. Fournisseurs de services alimentaires et de transport seront également à l’oeuvre autour du lieu d’accueil des dignitaires à Saguenay.

Du 1er au 15 juin prochain, Saguenay ressemblera à une forteresse alors que des dizaines de policiers de la GRC, de la Sûreté du Québec et de la Sécurité publique de Saguenay, ainsi que des militaires, seront à pied d’oeuvre 24 heures par jour sur des quarts de travail de douze heures en prévision de tous les scénarios possibles entourant la tenue du G7. Dans le triangle du G7, 12 000 chambres sont nécessaires pour loger les dignitaires, accompagnateurs, milliers de policiers provenant de plusieurs corps de police et représentants de 2000 médias venus du monde entier qui seront concentrés au Centre des congrès de Québec.

À partir des données recueillies par Le Progrès et qui ne prétendent pas être exhaustives, on peut déjà affirmer que les citoyens, les touristes et la clientèle d’affaires qui désirent séjourner dans l’un ou l’autre des grands hôtels du Saguenay du 1er au 15 juin devront jongler avec un taux de disponibilité des chambres plutôt faible.

À l’Hôtel Le Montagnais, le copropriétaire Sylvain Couture confirme que la moitié des 302 chambres et suites ont été réservées pendant une dizaine de jours au début de juin pour accueillir des policiers tandis qu’à La Saguenéenne, l’hôtel affiche complet pendant la même période. 

Du côté de l’Hôtel Delta à Jonquière, le directeur général, Claude Mathieu, affirme que la GRC a réservé un bloc d’une centaine de chambres sur les 157 disponibles en prévision de la tenue du sommet. L’OTL Gouverneur Saguenay accueillera également des représentants des forces de l’ordre, mais la direction s’est montrée discrète sur le nombre de chambres réservées. Des hôtels de capacité moyenne comme l’Hôtel du Fjord ( 40 ) et le Parasol (30) ont été sollicités pour la location d’un bloc global de 70 chambres.

L’organisation du sommet avait prévu déborder du côté du Lac-Saint-Jean alors qu’un bloc d’une centaine de chambres a été réservé à l’Hôtel Universel d’Alma, soit la totalité de l’établissement. « Ils ont bloqué tout l’hôtel, mais on n’a pas encore obtenu de confirmation. Ça fait plusieurs fois qu’on tente d’obtenir une confirmation, mais ça ne vient pas. Je ne crois pas que ça déborde jusqu’ici », affirme Carl Gauthier, avec un soupçon d’impatience.

Tout comme nous l’a indiqué Jean-Marc Couture, du Montagnais, M. Mathieu déclare qu’il n’était pas question au départ de réserver tout l’hôtel pour la tenue de cet événement d’envergure internationale. « Nous desservons également une clientèle d’affaires régulière. On ne veut pas qu’ils soient frustrés en leur annonçant qu’on ne peut les accueillir en raison du sommet », explique-t-il.

Une manne

La réservation de plus de 400 chambres, qui inclut pour la plupart un service de déjeuner ou un service de boîte à lunch, dans les établissements hôteliers du Saguenay en ce début de juin, constitue une véritable manne à la veille de l’ouverture de la saison touristique estivale et personne ne s’en cache. « Tout le monde a loué des chambres un peu plus chères que le prix habituel. On est bien contents. Quand ça passe, on le prend. Si le sommet se passait en Allemagne, on n’aurait rien ici », affirme Gilles Blanchette, propriétaire de l’Hôtel du fjord.

M. Mathieu, du Delta, précise qu’au Saguenay, la saison touristique ne démarre jamais avant le milieu de juin de sorte que la tenue du sommet vient combler un espace entre la tenue des congrès et l’arrivée massive des touristes. 

La GRC discrète sur le nombre de policier

En dépit des réservations de blocs de chambres dans les divers hôtels du Saguenay, bien malin qui pourrait déterminer le nombre de policiers qui seront requis dans la région dans le cadre du G7.

Éric Gasse, caporal au Bureau des communications de la GRC, affirme que pour le moment, il est impossible de préciser cette information étant donné que toutes les hypothèses possibles et imaginables font partie des scénarios. « Pour l’instant, il est impossible de déterminer le lieu d’arrivée des dignitaires. Imaginez qu’il y a une météo exécrable à Bagotville, que la veille de leur arrivée, un attentat est commis la veille sur la piste de la base. Il existe des scénarios A, B et C. Il faut tenir compte du contexte politique à ce moment. Ce serait une erreur de préciser le nombre de policiers », explique M. Gasse.

Selon lui, le nombre de blocs de chambres réservés au Saguenay n’est pas un indicateur du nombre de policiers qui seront présents puisque des représentants d’organisations gouvernementales, civiles et autres pourraient être les occupants des hôtels.

Pour des raisons évidentes de sécurité, la GRC souhaite conserver certaines informations secrètes même si des curieux sont allés jusqu’à demander à quelle heure et quel jour Air Force One, l’avion présidentiel américain, se poserait au Québec.

Du côté de Saguenay, le capitaine Luc Turcotte précise que son organisation n’est que partenaire de la GRC et qu’elle ne peut fournir aucune information sur les effectifs qui seront déployés, tout comme au sujet des coûts générés qui seront comptabilisés plus tard par la direction générale.