Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Stéphane Bédard, lors des funérailles de son père, samedi.
Stéphane Bédard, lors des funérailles de son père, samedi.

Funérailles de Marc-André Bédard: hommage à un homme de conviction

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
La famille et les proches de Marc-André Bédard étaient réunis à la cathédrale de Chicoutimi, samedi, le temps d’un dernier adieu. Une cérémonie émotive est venue souligner l’empreinte qu’aura laissée l’ancien ministre de la Justice et vice-premier ministre du Québec autour de lui, ainsi que sur toute la province.

Son fils, l’avocat et ex-député de Chicoutimi Stéphane Bédard, parle d’un homme qui s’est engagé dans sa communauté jusqu’au bout. Dont le legs est immense, autant pour le Parti Québécois que pour sa communauté.

« Ce que les gens retiennent ici, c’est son engagement public envers tous et chacun, souligne-t-il. C’est quelqu’un qui avait toujours la main tendue, prêt à aider les gens de sa communauté. Ça, il l’a fait avant la politique, pendant la politique et après. Son legs c’est de montrer qu’on doit s’impliquer dans notre collectivité, qu’on doit le faire avec respect, mais avec conviction. Marc était un homme de conviction. »

Le lieu des funérailles revêtait une symbolique particulière, alors que Marc-André Bédard n’a jamais ménagé les efforts pour le financement de « sa » cathédrale, dont il « prenait soin ». Une implication parmi tant d’autres pour celui que la COVID-19 a emporté, à l’âge de 85 ans.

Tenue de façon intime, justement en raison du virus, et diffusée en direct sur le site des Résidences funéraires Gravel & fils, la cérémonie sera éventuellement suivie de funérailles nationales, lorsque la situation le permettra.

Le premier ministre François Legault l’avait confirmé, quelques heures après l’annonce du décès de M. Bédard.

Les éloges à l’endroit de ce dernier sont venus de toute part, autant sur la scène politique qu’ailleurs, depuis le 25 novembre dernier. Une vague d’amour qui a mis un « baume » sur la douleur, explique son fils.

« Je veux remercier tout le monde pour les témoignages qu’on a eus, malgré l’épisode qu’on vit, ça a fait du bien. […] Les gens nous envoient tellement de cette belle énergie et de ce beau message d’amour que Marc incarnait. On connaissait beaucoup de la vie de Marc-André, mais il y a des choses qu’on ne savait pas, et les gens témoignent de ça, de l’aide qu’il a apportée à tous et chacun. Donc ça, on va le conserver. »

Élu une première fois en 1973 comme député à l’Assemblée nationale, Marc-André Bédard est resté en poste jusqu’en 1985 pour le Parti Québécois, œuvrant notamment au sein des gouvernements de René Lévesque et Pierre-Marc Johnson.