Le maire d’Alma, Marc Asselin, et la conseillère municipale Véronique Fortin.
Le maire d’Alma, Marc Asselin, et la conseillère municipale Véronique Fortin.

Frisbee et jardinage pour le développement durable à Alma

Quatre initiatives de jardinage et un projet de Frisbee golf : voici les idées de citoyens retenues par la Ville d’Alma dans le cadre de son initiative de développement durable.

La Ville a distribué mardi une enveloppe de 25 000 $ pour encourager ces initiatives qui prendront vie cet été. Le montant alloué a augmenté de 5000 $ par rapport à l’an dernier.

Le comité de développement durable de la Ville a retenu cinq des dix projets proposés cette année. Les initiatives devaient améliorer « la santé, l’équité et la qualité de vie des citoyens ».

« Je suis très fier de mettre ces montants à la disposition des citoyens », explique le maire Marc Asselin. Il croit que ces initiatives feront du bien aux habitants de la ville qui viennent de passer plusieurs semaines confinés à la maison.

Cette année, la Ville voulait encourager des projets qui mettent de l’avant de saines habitudes de vie. L’alimentation et le sport étaient donc à l’honneur.

Les projets

Même s’il n’a que huit ans, Vincent Gagné a déjà une fibre d’entrepreneur. Il a reçu une enveloppe de 7500 $ pour développer son projet de Frisbee golf au Parc Falaise.

Ce sport consiste à envoyer un Frisbee dans un panier en utilisant le moins de lancées possible.

Des bénévoles des Jardins Mistouk devant un bâtiment de leur ferme.

« C’est le premier terrain de Frisbee golf au Saguenay-Lac-Saint-Jean, explique le jeune à la base du projet. Les gens peuvent jouer seuls ou en famille. » C’est après un voyage dans l’Ouest canadien que Vincent Gagné a eu l’idée.

Le garçon a passé des mois à demander à son père à quel moment il pourrait réaliser ce projet. C’est maintenant chose faite pour le sportif.

Aux Jardins Mistouk, près de Saint-Coeur-de-Marie, la récolte s’annonce bonne. « C’est une grosse étape pour nous, on va pouvoir produire plus », explique Gérald Tremblay, bénévole et président du conseil d’administration du jardin.

L’organisme à but non lucratif s’est donné comme mission de nourrir les personnes dans le besoin avec sa terre de 28 hectares. Ils donneront 75 % de leurs récoltes de l’été à La Moisson. « Depuis le début de la pandémie, on parle beaucoup de sécurité alimentaire, explique Véronique Fortin, conseillère municipale et présidente du comité de développement durable. Ce projet va en ce sens. »

Le jardin est aussi un lieu de rencontre : plusieurs bénévoles y travaillent de même que des jeunes en intégration sociale.

Avec les 7500 $ qu’elle a reçu de la Ville, l’OBNL a pu embaucher un jardinier maraîcher qui travaillera avec eux cet été.

Parmi les autres projets financés par la Ville, on compte une serre communautaire dans le quartier Château-d’eau ainsi qu’un « jardin patrimonial » dans le quartier Riverbend.

Le dernier projet retenu a pour but de récolter les fruits inutilisés sur les arbres afin de les cuisiner et de les redonner. « Si vous avez dix pommiers pleins cet automne, vous pouvez les appeler », explique Véronique Fortin.

La Ville finance des projets de ce genre depuis le lancement de sa politique de développement durable en 2017.