Le chef caquiste François Legault a confirmé la candidature de l’ex-président de l’arrondissement de La Baie, François Tremblay. La CAQ devrait confirmer dans les prochains mois les candidats dans les quatre autres circonscriptions de la région.

François Legault ouvert au projet du nouvel amphithéâtre

Un futur gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) serait ouvert à évaluer une participation financière dans un projet d’amphithéâtre doublé d’un stationnement à Chicoutimi, après avoir pris connaissance des études de vétusté du Centre Georges-Vézina.

De passage à La Baie vendredi pour confirmer la nomination du candidat caquiste de Dubuc, François Tremblay, pour les élections de l’automne, le chef François Legault est demeuré prudent sur un éventuel investissement de 35 à 40 M$ du gouvernement du Québec dans le projet d’amphithéâtre. Son homologue Philippe Couillard du Parti libéral du Québec a déjà donné son aval au projet et a même invité la ville à presser le pas pour inscrire l’amphithéâtre au programme québécois des infrastructures.

« Nous sommes ouverts, mais il faut voir les études de vétusté du Centre Georges-Vézina », a réitéré M. Legault quand Le Progrès lui a demandé de préciser sa pensée. Dans un premier temps, la réponse du chef caquiste semblait surtout orientée sur le remplacement de l’actuel centre Vézina par un nouveau. Celui qui aspire à former le prochain gouvernement est aussi demeuré prudent quant à la hauteur du financement qu’il pourrait accorder à un tel projet.

Chances de victoire

Avant de répondre aux questions, le chef a longuement fait l’éloge de son nouveau candidat. François Legault a affirmé que si des élections avaient lieu en ce moment, il y aurait de très fortes chances pour que les citoyens de Dubuc votent pour le changement et son candidat François Tremblay. Il prévoit des luttes très serrées avec les cinq candidats caquistes de la région.

François Tremblay a pour sa part rappelé que son intérêt pour la CAQ est né lors de la lecture du livre de François Legault dans lequel il a partagé l’idée de lancer un chantier économique avec l’axe du Saint-Laurent. Cette idée a ravi le candidat qui juge être en mesure de devenir un « catalyseur » pour le développement de Dubuc.

Ce dernier n’éprouve aucun malaise à se voir nommer candidat par une décision du chef. François Legault a expliqué que sa CAQ, après seulement six ans, n’avait pas le membership suffisant pour avoir une vie démocratique comme les formations politiques plus anciennes. Les dirigeants de la CAQ analysent en ce moment pas moins de 400 fiches de candidatures.

Taxe scolaire

François Legault a réitéré l’engagement de son parti politique de ramener la taxe scolaire à 10 cents du 100 $ d’évaluation pour les propriétaires de tout le Québec. François Legault souhaite ainsi retourner 500 $ dans les poches de chaque contribuable québécois.

Le chef caquiste a rejeté les étiquettes de droite ou de gauche pour définir sa formation politique. Il refuse surtout de se faire identifier comme étant le chef d’un parti de droite en rupture avec les syndicats. Au contraire, a plaidé le chef caquiste, sa formation politique veut créer la prématernelle à quatre ans et ajouter cinq heures de classe par semaine. Ces promesses, dit-il, n’émanent habituellement pas d’une formation de droite.

Sur le plan économique, la CAQ travaillera à la création d’emplois de qualité pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean. 

Des emplois qui permettront d’attirer des jeunes dans la région. Il refuse l’idée d’offrir à des immigrants des incitatifs pour s’établir dans les régions et croit surtout à des incitatifs pour tous les Québécois. 

Pour François Legault, il est primordial pour la région d’orienter son développement en ciblant des emplois de qualité dans des domaines de pointe.

M. Legault a confirmé qu’il reviendra dans la région au cours des prochains mois afin de faire connaître les candidats pour les quatre autres circonscriptions. Il a soutenu être particulièrement confiant pour des victoires dans Roberval et Dubuc.

Réaction

Le Parti libéral du Québec n’a pas mis de temps à réagir aux positions du chef de la CAQ dans la région. Le gouvernement Couillard exige du chef caquiste qu’il explique clairement son programme et surtout, informe les parents des services qui seront amputés dans le domaine de l’éducation pour être en mesure de respecter les ajouts de services et la réduction de la taxe scolaire.