De gauche à droite, Jean-Benoît Roussel, Jérémie Beaulieu, Maxime Savard, François Jean et Samuel Turcotte ont posé devant leur voiture. La carrosserie n'était pas installée, car elle était à l'étape du lettrage. Le bolide sera complet lors du lancement de mercredi.

Formule SAE: plus grande place à la technologie

Les étudiants de l'UQAC ont axé leurs efforts sur l'informatique pour leur nouveau modèle de formule SAE qui participera à l'épreuve Formula North de Barrie en Ontario, du 1er au 4 juin.
La nouvelle formule SAE de l'UQAC compte désormais un écran, à l'instar des voitures de Formule Un.
« Le gros nouveau, c'est un système d'acquisition de données. Il y a des capteurs partout sur la voiture avec un écran. On va être capable de savoir en temps réel des choses comme la pression des pneus, l'angle de braquage du volant, la pression des lignes de freins et tout ce qui est géré par l'ordinateur du moteur », a expliqué Samuel Turcotte, rencontré mardi.
Un écran se trouve désormais à côté du volant, contrairement aux Formules 1, où il est intégré dans le volant. Il aurait été difficile de l'intégrer en raison des normes de sécurité de l'épreuve.
La quinzaine d'étudiants en génie mécanique, génie électrique et informatique travaillent durant plusieurs mois à concevoir l'édition 2017 de la formule SAE dans leur petit local du pavillon principal, lequel a toutes les allures d'un petit atelier d'une équipe de course automobile.
La compétition Formula North comprend plusieurs aspects. 
« Il y a l'autocross qui est un tour, le slalom en 8, l'accélération et l'endurance qui est 20 tours », a poursuivi l'étudiant. Trois membres de l'équipe auront la chance de conduire le bolide.
Contre Red Bull
Lors de cette compétition, ils affrontent des équipes de partout dans le monde. « C'est une compétition internationale. Il y a des équipes du Japon, d'Australie et d'Europe. Il y a même une écurie commanditée par Red Bull », a-t-il poursuivi, faisant référence à l'équipe de l'Université de technologie de Graz. La voiture a un look quasi professionnel et porte les couleurs de l'équipe de Formule Un. 
Une des grosses différences est la présence d'ailerons sur la voiture autrichienne, des composantes que ne possède pas la voiture de l'UQAC. « Le prochain défi à l'UQAC, c'est l'aérodynamique. Avec les données qu'on a maintenant, on va être capable de mettre au point plus facilement la voiture », a révélé l'étudiant en génie mécanique. Ainsi, des ailerons avant et arrière devraient faire leur apparition sur la voiture saguenéenne, du moins c'est l'objectif pour l'an prochain.
L'autre objectif est désormais de pouvoir utiliser la voiture pour participer à deux compétitions, soit celle en Ontario et une seconde au Michigan. La voiture doit être reconstruite chaque année pour pouvoir s'inscrire de nouveau. Toutefois, le modèle précédent sert toujours de base. « L'année prochaine, on va aller au Michigan. C'est maintenant un plan sur deux ans », a-t-il enchaîné.
Le lancement officiel de la voiture 2017 se fera aujourd'hui, mercredi, au Centre social de l'UQAC entre 17 h et 19 h.