Les pompiers de Saguenay refusent de se rendre dans la Réserve faunique des Laurentides, ce qui fait en sorte que des pompiers du Lac-Saint-Jean doivent intervenir en situation d'urgence.

Fini les interventions sur la 175

Tandis que les pompiers de Saguenay refusent de se rendre dans la Réserve faunique des Laurentides, la Régie intermunicipale de sécurité incendie secteur sud informe le ministère de la Sécurité publique du Québec (MSPQ) qu'elle mettra un terme à ses interventions sur la route 175 à la fin du mois de février.
Cette décision prise par l'organisation regroupant les casernes de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, Desbiens, Saint-Gédéon, Saint-Bruno, Hébertville et Hébertville-Station vient modifier les termes d'une entente conclue avec Québec il y a trois ans. Elle pourrait également avoir des impacts considérables sur la couverture incendie sur la portion de la 175 comprise entre l'Étape et Laterrière. Le protocole de 2011 prévoyait que la Régie intermunicipale sud dispense le service entre les kilomètres 0 et 62 de la route 169 lors d'incendies ou de déversements de matières dangereuses. Du point de vue du regroupement, l'entente était acceptable puisque la 169 demeure la porte d'entrée de la Réserve faunique des Laurentides pour ses citoyens. La Régie a aussi accepté de sortir de son territoire pour "dépanner" au besoin sur la 175, dont la majeure partie est considérée comme un territoire non organisé. Des mécanismes de compensation financière ont été prévus à cet effet.
Trois interventions
Si aucune intervention n'a été nécessaire dans les deux années suivant la signature de l'entente, les sapeurs jeannois ont dû se rendre dans le Parc à trois reprises en moins de quatre mois en 2013. Le 16 juillet, ils ont maîtrisé un brasier qui avait pris naissance dans un véhicule au kilomètre 172. Le 28 septembre, ils se sont rendus au kilomètre 190. Enfin, les services d'urgences sont intervenus au kilomètre 146, près de l'Étape, le 15 octobre. Lors des événements de juillet et d'octobre, les équipes ont emprunté la route 169 pour se rendre à destination. Par contre, l'incident du 28 septembre, survenu non loin de Saguenay, a nécessité un déplacement à partir de la caserne de Saint-Bruno. Les véhicules d'urgence ont franchi l'autoroute 70, avant de joindre la Réserve faunique des Laurentides par le boulevard Talbot.
Du point de vue du conseil d'administration de la Régie, cette situation constitue un non-sens. Bernard Dallaire, le directeur du service incendies d'Alma, qui chapeaute les régies nord et sud, a d'ailleurs signifié au Progrès-Dimanche l'automne dernier que cette manière de faire n'était pas "optimale".
Résolution
Le 24 octobre dernier, les membres du CA ont unanimement résolu de cesser les interventions au-delà du kilomètre 6 de la route 169 à compter du 28 février. Une copie de la résolution a été acheminée au ministre Stéphane Bergeron et à la Ville de Saguenay. Président de la Régie et maire d'Hébertville-Station, Réal Côté précise que cette décision découle d'une réflexion entourant la sécurité des citoyens en cas de découverture.
«On a une population à desservir. Si on devient responsable d'un trop grand territoire, c'est la sécurité de notre monde qui risque d'être compromise», a-t-il déclaré.
Réal Côté espère que la résolution mettra de la pression sur le ministère pour qu'il amorce des négociations avec Saguenay. Actuellement, les pompiers municipaux interviennent sur la 175 seulement si une vie humaine est menacée.
«La situation est devenue inacceptable et on veut se déresponsabiliser le plus vite possible», enchaîne le président de la Régie.
Actuellement, il existe une unité mobile de premier niveau à l'Étape. Il ne s'agit pas d'un camion-citerne, mais plutôt d'un véhicule du ministère des Transports doté de pinces de désincarcération. La patrouille secours dessert le territoire compris entre les kilomètres 84 et 208 de la 175 et jusqu'au kilomètre 40 de la 169.
Si le ministère de la Sécurité publique ne s'entend pas avec Saguenay pour la couverture incendie sur la 175, le président de la Régie intermunicipale sud, Réal Côté, croit que Québec n'aura d'autre choix que d'aménager une caserne à l'Étape. Actuellement, seule une unité de secours du MTQ dotée de pinces de désincarcération est en place à cet endroit.
16 juillet 2013, kilomètre 172
Nature de l'intervention : Incendie d'un camion remorque transportant des copeaux de bois
Véhicules déployés :
1 autopompe
1 unité de service
1 camion-citerne
1 véhicule d'officier cadre
Caserne de départ : Hébertville
Personnel déployé : 8
28 septembre 2013, kilomètre 190
Nature de l'intervention : Incendie d'une remorque-citerne contenant 10 000 gallons d'essence
Véhicules déployés :
1 autopompe
1 autopompe-citerne
1 unité de service
1 camion-citerne
1 véhicule d'officier cadre
Caserne de départ : Saint-Bruno
Personnel déployé : 10
15 octobre 2013, kilomètre 146
Nature de l'intervention : Incendie d'un camion remorque de 54 pieds transportant des copeaux de bois
Véhicules déployés :
1 autopompe
1 unité de service
1 camion-citerne
1 véhicule d'officier cadre
Caserne de départ : Hébertville
Personnel déployé : 8