Le service de premiers répondants de Saint-Honoré ne sera plus offert.

Fin du service de premiers répondants à Saint-Honoré

Le service de premiers répondants bénévoles à Saint-Honoré cessera ses opérations au cours des prochaines semaines. Le maire de la municipalité, Bruno Tremblay, explique la fermeture par le manque de bénévoles. Il s’agit du dernier service du genre dans la région.

Selon le maire, il est rendu trop difficile de combler toutes les plages horaires avec le peu de personnel en place, surtout les fins de semaine. Le service de Saint-Honoré compte 21 bénévoles et est en place depuis 2013.

L’abolition du service devrait être votée lors de la prochaine séance du conseil municipal, mardi soir prochain, au grand désarroi de son responsable, Lucien Côté. Bien que le service ne soit pas obligatoire, ce dernier juge que les citoyens en bénéficient et sont contents d’y avoir accès.

M. Côté mentionne que le véritable problème est le taux de roulement. Il se dit impuissant devant cette situation. « Je n’ai pas de moyen d’empêcher la fin du service », a-t-il affirmé.

Le responsable a appris la nouvelle vendredi dernier et a rencontré les membres du service lundi afin de leur en faire l’annonce. Plusieurs bénévoles se présenteront au prochain conseil municipal, pas dans le but de protester, mais plutôt de faire acte de présence et de montrer leur désaccord et leur solidarité.

Un bénévole désirant garder l’anonymat s’est dit déçu de la situation. Il continue de croire que le service pourrait être maintenu. « On est plusieurs personnes dévouées qui ont mis beaucoup de temps dans ce projet. Ce sont des pères et des mères de famille qui ont à cœur le bien de leurs concitoyens », a-t-il confié.

Les pompiers assureront la continuité des services dans les cas extrêmes, comme les arrêts cardiorespiratoires. Ces appels sont chiffrés entre cinq et dix par année pour l’ensemble du secteur couvert.

Le service de premiers répondants cumulait quelque 250 sorties annuellement à Saint-Honoré.