Le président du Regroupement des Acadiens du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Claude Chiasson, était accompagné du trésorier de l’organisation, Jean-Eudes Renaud, un Madelinot.

Fête des Acadiens: l’occasion de se rassembler [VIDÉO]

Les Acadiens et leurs amis célébraient, jeudi, leurs origines et leurs mœurs à la 24e Fête des Acadiens de Kénogami. L’événement réunit chaque année une centaine de personnes qui dansent, chantent et festoient toute la journée.

Claude Chiasson, président du Regroupement des Acadiens du Saguenay–Lac-Saint-Jean, était fier de poursuivre cette tradition ici, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Il considère que l’occasion est idéale pour rencontrer de nouvelles personnes et de vieux amis, tout en faisant briller l’Acadie.

De nombreux drapeaux acadiens étaient accrochés sur le site de la Fête des Acadiens de Kénogami.

« Moi, je suis de descendance acadienne. Nous avons tous un sentiment d’appartenance à l’Acadie et voudrions que ça persiste », a commenté le président, très heureux du déroulement de la journée.

Plusieurs membres du regroupement étaient présents sur le site. Des visiteurs des Îles-de-la-Madeleine et du Nouveau-Brunswick, par exemple, s’étaient notamment déplacés.

Plusieurs personnes arboraient des maquillages, des drapeaux et des chapeaux aux couleurs de l’Acadie.

« Il est important de souligner la journée des Acadiens et c’est quelque chose qui doit demeurer », a commenté Ginette Hébert. La secrétaire du regroupement s’est dite fière de l’importance que les gens apportaient à cette journée.

Plusieurs célèbrent cette fête pour se rappeler l’histoire des Acadiens. Il y a près de 300 ans, en 1755, des milliers d’Acadiens ont été déportés de leurs terres. Benoit Cloutier était à la Fête des Acadiens de Kénogami pour remémorer l’histoire. Il se considère comme un « ami » des Acadiens, surtout qu’il a marié une Acadienne.

La danse en ligne était très populaire lors de la Fête des Acadiens de Kénogami.

La Fête des Acadiens a commencé avec une messe, suivie d’un dîner. L’après-midi était consacré au Tintamarre, un rituel où les Acadiens faisaient beaucoup de bruit pour avertir leur population que les Anglais arrivaient. C’est pour cette raison qu’il y avait de la musique et de la danse, toute l’après-midi, à l’horaire. Des groupes locaux animaient la foule de danseurs avec de la musique acadienne. En soirée, un repas était partagé. La musique et la danse allaient continuer jusqu’en fin de soirée.

Ils sont nombreux à avoir des descendances acadiennes dans la région. Selon M. Chiasson, en 1970, ils étaient 24 000 Acadiens dans la région, principalement venus pour travailler. Il y en aurait encore beaucoup, mais le regroupement a de la difficulté à trouver de la relève pour faire perdurer l’événement.

L’année prochaine, la Fête des Acadiens de Kénogami célébrera son 25e anniversaire et les organisateurs souhaitent que l’événement atteigne un niveau supérieur. Ils sont en discussion avec Saguenay afin d’évaluer certaines possibilités.