Dimanche matin, la conteuse Marie-Émilie Lacroix proposait un conte participatif sur la colonisation. L'activité se déroulait au camping Plage Robertson à Mashteuiatsh

Festival de contes et légendes Atalukan: la pluie a nui

Mis à part la pluie qui a limité l'achalandage à quelque 1800 personnes depuis mardi à Mashteuiatsh, la septième édition du Festival de contes et légendes Atalukan était «magique» selon l'organisation.
«On a eu des moments grandioses et un début prometteur, mais la pluie a vraiment diminué l'assistance en fin de semaine», a commenté la coordonnatrice Sonia Robertson, lors de la clôture de l'évènement dimanche. Même si près de 2400 personnes avaient participé en 2016, une huitième édition est toujours dans les plans si le financement est au rendez-vous.
Les conteurs, pour leur part, font quasiment la file pour faire partie de la programmation. «Ils sont vraiment contents de venir ici, assure Mme Robertson. Nous sommes un évènement intime, festif, chaleureux et généreux. Il y a un beau mélange entre la tradition autochtone et la culture québécoise, pour tous les goûts. Les gens prennent le temps de partager leur expérience exceptionnelle avec nous, et ils reviennent.»
Parmi les succès, la coordonnatrice souligne le souper conté, mercredi, le spectacle musique et contes, jeudi et l'animation de la Mouche. Ce personnage interprété par la conteuse Lucie Bisson se promenait parmi les festivaliers pour leur offrir un conte personnel de quelques minutes. Le spectacle au Vieux-Couvent de Saint-Prime proposait quant à lui une rencontre entre les musiques occidentale et traditionnelle autochtone avec le conteur Michel Faubert et le groupe Kawandak. «C'était extraordinaire», se rappelle Sonia Robertson.
Malgré tout, aucune activité n'a été annulée. Il était aussi possible de voir l'exposition Sheueu : Écho de nos chants, contes et légendes au Musée amérindien.