Marie Trottier et Marie-Pier Dufresne, deux étudiantes du bac en plein air, ont participé à l’organisation du Festi-Frette.

Festi-Frette: un succès pour les étudiants du bac en plein air

La température clémente aura permis aux étudiants du baccalauréat en intervention plein air de l’UQAC d’accueillir de nombreux festivaliers à l’occasion du Festi-Frette, événement qu’ils organisent en collaboration avec Contact Nature pour amasser des fonds.

Marie-Pier Dufresne, étudiante en deuxième année, explique que le Festi-Frette est l’une des principales activités de financement qu’ils organisent dans le but de financer l’expédition finale à laquelle participeront les étudiants de troisième année.

« Notre revenu principal provient de Contact Nature Rivière-à-Mars, qui nous donne environ 3000 $ pour organiser l’événement. L’argent supplémentaire, nous l’obtenons grâce à la vente de boisson et de hotdog. »

Les étudiants du bac en plein air ont pu amasser des fonds grâce à la vente de boisson et de hotdog.

L’organisation des activités de financement demande aux étudiants beaucoup de temps. Les cohortes sont divisées en comité afin de faire un succès de chacune d’entre elles. « Réserver les équipements, engager les différents acteurs, monter les tentes, ça demande du temps. Nous avons par contre beaucoup de plaisir à le faire. »


Les enfants se sont amusés dans les jeux gonflables.

L’expédition finale

Les étudiants présents au Festi-Frette ont également tenu des kiosques pour parler du bac en plein air aux festivaliers.

« Il n’y a rien qu’on ne fait pas dans notre bac, affirme Marie Trottier, étudiante en première année. Plusieurs deviendront guides d’expédition ou professeurs d’université, mais nous sommes professionnellement formés pour affronter tout type de situation, autant en secourisme, qu’en région isolée ou en kayak de mer. »

L’essai de fatbike était à la disposition des festivaliers.

L’expédition finale, qui doit respecter certains critères imposés par le bac, est un projet qu’entendent parler les étudiants dès leur entrée à l’université.

Le projet de fin de bac coûte entre 60 000 $ et 70 000 $, selon l’étudiante de première année. « Nous devons donc amasser beaucoup de fonds pour concrétiser ce grand rêve. »

« Cette année, il y a deux équipes. L’une part en randonnée au Labrador alors que l’autre s’en va en canot sur la Rivière Pontax. Les deux expéditions sont à l’intérieur de la province, mais elles auraient pu être à l’extérieur. Le bac préfère toutefois qu’on exploite la région boréale, puisque c’est ça qu’on a au Québec », a affirmé Marie-Pier, tout en précisant qu’elle ferait partie de la première équipe.

Les jeunes et moins jeunes ont pu essayer le football bulle.

Une réussite pour le Festi-Frette

Les activités à l’Anse-à-Benjamin ont débuté deux heures plus tôt cette année. Pierre-Luc Champagne, directeur adjoint chez Contact Nature, s’est dit très satisfait de la réponse de la population face au changement d’heure d’ouverture du site.

Les jeunes et moins jeunes ont donc pu profiter du soleil sur les glaces entre 9 h et 16 h tout en participant aux nombreuses activités organisées par les étudiants du bac en plein air.

La licorne était attendue sur le site du festival.