La Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean s’inspire du concept des paniers de légumes afin de rechercher des producteurs maraîchers qui sont prêts à alimenter des centres de la petite enfance de la région cet été.
La Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean s’inspire du concept des paniers de légumes afin de rechercher des producteurs maraîchers qui sont prêts à alimenter des centres de la petite enfance de la région cet été.

Fermiers de garderie recherchés

Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Myriam Gauthier, journaliste de l'Initiative de journalisme local
Le Quotidien
La Table agroalimentaire du Saguenay–Lac-Saint-Jean est à la recherche de fermiers de garderie. Des producteurs maraîchers prêts à approvisionner une garderie régionale en légumes et fruits locaux cet été sont invités à participer à un projet test, qui représente une première au Québec selon l’organisation.

Devant la popularité que connaissent depuis quelques années les paniers de légumes auprès des consommateurs qui s’approvisionnent directement auprès des producteurs, la Table agroalimentaire régionale a voulu s’inspirer du concept pour l’exporter au sein de centres de la petite enfance (CPE) et de garderies.

« On vise des maraîchers qui vont pouvoir fournir des approvisionnements réguliers, dans une certaine quantité, également », explique Bénédicte Armstrong, agente aux communications pour l’organisation, en entrevue avec Le Quotidien.

Grâce à ce projet qui sera testé cet été, les CPE partenaires pourraient ainsi composer leur menu à partir des produits locaux de saison, qu’ils soient certifiés biologiques ou non.

Jusqu’à maintenant, 18 CPE ont obtenu dans la région la certification Petits ambassadeurs de saveurs, laquelle touche 1000 enfants.

Cette initiative s’ajoute à celle de la certification Petits ambassadeurs de saveurs pour les CPE lancée en juin 2018 par la Table agroalimentaire régionale et qui est liée à la stratégie Zone boréale.

Jusqu’à maintenant, 18 CPE ont obtenu dans la région la certification, laquelle touche 1000 enfants, une initiative unique au Québec, a précisé Mme Armstrong.

Pour obtenir cette certification, les CPE doivent respecter un certain pourcentage d’approvisionnement de produits régionaux. Les pourcentages varient selon la catégorie d’aliments et leur disponibilité dans la région.

« C’est certain, par exemple, pour les produits laitiers, qu’on a beaucoup en région, que le pourcentage d’approvisionnement qu’on demande dans le service de garde est plus élevé que pour les viandes », illustre Mme Armstrong. Des documents de sensibilisation sont aussi remis aux CPE partenaires.

Les CPE qui ont obtenu la certification seront inclus dans le projet Fermier de garderie, mais tous les CPE peuvent également manifester leur intérêt auprès de la Table agroalimentaire. Plusieurs projets sont d’ailleurs en cours en lien avec la certification Petits ambassadeurs de saveurs, qui intéresserait d’autres organisations et régions, laisse entendre la responsable des communications.

Les producteurs maraîchers intéressés à se joindre au projet Fermier de garderie peuvent contacter Émilie Tremblay, conseillère en développement agroalimentaire à la Table agroalimentaire, à emilie.tremblay@tableagro.com.