Fermeture temporaire à la Maison Colombe-Veilleux

Les activités de la Maison Colombe-Veilleux de Dolbeau-Mistassini sont, de nouveau, suspendues temporairement. Le conseil d’administration de la maison de soins palliatifs a dû prendre cette décision faute de personnel soignant disponible en raison de maladie.

Seulement trois infirmières sont actuellement en mesure de travailler à l’établissement, alors que les effectifs minimums se chiffrent à six infirmières.

« Comme nous opérons avec un nombre restreint d’employées infirmières, nous ne pouvons maintenir à l’emploi des infirmières remplaçantes. Ainsi, dès que deux ou trois infirmières doivent quitter en congé maladie, il devient impossible de maintenir les services 24 heures sur 24, sept jours par semaine, comme l’exige notre entente avec le ministère», lit-on dans une communication écrite transmise par le président du conseil d’administration, Pierre Hébert.

Malgré tout, les employés ont assuré les services à la Maison Colombe-Veilleux au cours des derniers jours. Le conseil d’administration mentionne qu’il a toutefois dû prendre la décision de fermer temporairement l’établissement « afin de préserver la santé [du] personnel soignant encore en place ».

Les membres du conseil d’administration et la directrice générale planchent sur une réouverture à court terme. Ils tenteront, entre autres, de mettre en place une banque de dépannage afin de combler les absences temporaires de la main-d’oeuvre. Pour y parvenir, les retraités du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du secteur seraient sollicités.

Des approches seront également réalisées auprès des écoles de formation de la région afin de dénicher des candidatures d’infirmiers et infirmières.

Le conseil d’administration de la Maison Colombe-Veilleux rappelle que toute personne intéressée à y travailler peut postuler, et ce, peu importe ses disponibilités.

« Nous sommes donc vraiment désolés de ne pouvoir offrir les services aux bénéficiaires et à leur famille. Cette situation étant hors de notre contrôle et surtout temporaire. Nous savons que vous comprenez la situation et que nous pouvons compter sur votre appui en ces moments plus difficiles », conclut le président du conseil d’administration, par voie écrite.

L’établissement de soins palliatifs de Dolbeau-Mistassini a été dans l’obligation d’interrompre ses services, pour des raisons similaires, une première fois en 27 ans d’opération en décembre 2018. Les opérations avaient repris après une pause forcée de près de deux mois.