Le magasin Sears de Chicoutimi a fermé ses portes dimanche. Il aurait célébré ses 50 ans, en 2018.

Fermeture des magasins Sears de Chicoutimi et d'Alma aujourd'hui

Les magasins Sears de Chicoutimi et d'Alma ferment définitivement leurs portes aujourd'hui. Les clients sont nombreux à profiter des soldes, peu avant la fermeture qui entraîne la perte de 150 d'emplois dans la région.
Quelque 90 personnes travaillaient au magasin Sears de Place du Saguenay, à Chicoutimi.
Le magasin à grande surface de Place du Saguenay aurait célébré ses 50 ans en 2018. Environ 90 employés y travaillaient, mais leur nombre a été diminué au fil des mois depuis l'annonce de la fermeture, en juin.
Dimanche, il ne restait plus que quelques employés qui assuraient le service aux caisses, devant la file de personnes qui se prévalaient des aubaines. Le stationnement devant le magasin était bondé, lors du passage du Quotidien, vers 14h.
Les vêtements étaient la principale marchandise encore disponible, le grand magasin étant pour le reste presque vide. De nombreux clients tentaient de dénicher un morceau à leur taille, parmi les étalages à 90% de rabais. Tout est à vendre, y compris les nombreux supports, étagères et étalages.
Les quelques travailleurs sur place ont refusé de s'adresser au Quotidien, la consigne de l'entreprise étant de référer les médias aux communications nationales.
Alma
À Alma, le magasin Sears du Centre Alma vit lui aussi ses dernières heures. Environ 60 employés travaillaient à cette succursale ouverte en 1991.
La fermeture du magasin avait cependant été annoncée en mars, avant l'annonce de la vague de fermeture. La succursale devait mettre la clé sous la porte en mars 2018, avait-il alors été annoncé. La date a été ensuite été devancée.
58 magasins et 2900 emplois
Sears Canada a annoncé en juin la fermeture de 58 magasins à travers le pays, engendrant la perte de 2900 emplois. L'entreprise s'est placée sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers.
Le détaillant, dont le siège social est situé à Toronto, a ensuite annoncé en juillet qu'il comptait verser des millions de dollars en prime à certains de ses dirigeants, ce qui a provoqué la frustration de plusieurs employés et une campagne de boycottage sur les réseaux sociaux.
En août, un juge torontois a approuvé la création d'un fonds spécial de 500 000 $ pour aider les employés de Sears Canada qui auraient été éligibles à des indemnités de départ. L'argent doit provenir des sommes qui avaient été mises de côté pour verser des primes aux hauts dirigeants.