Fermées le dimanche: des entreprises régionales donnent une pause à leurs employés

Mélanie Côté
Mélanie Côté
Le Quotidien
« C’est pour les employés évidemment, pour prioriser leur qualité de vie. »

Même si le gouvernement de François Legault a autorisé la réouverture des commerces le dimanche, le propriétaire d’Ultraviolet Sports, Claude Ouellet, a décidé de rester fermé pour l’été. Une façon, pour lui, de permettre à ses 72 employés de passer du temps de qualité en famille, d’autant plus que plusieurs d’entre eux ont de jeunes enfants.

« Avec les changements dans les procédures et dans notre façon de travailler, un certain stress s’ajoute. Ils ne l’ont pas demandé, mais ils étaient tous très satisfaits. Ils ont apprécié », a-t-il expliqué au Progrès, ajoutant que l’achalandage est de plus en plus fort la semaine étant donné que les gens travaillent moins.

« Il reste quand même six journées sur sept pour magasiner », ajoute-t-il, d’autant plus que les heures d’ouverture ont été augmentées la semaine. Le site Internet est également très prisé et nécessite jusqu’à trois employés à temps plein.

« Avant la pandémie, notre site était plus un catalogue. Là, une partie de nos ventes se fait en ligne, d’autant plus qu’on livre gratuitement dans la région. »

Il assure que la pénurie de main-d’oeuvre n’a pas de lien avec sa décision, même si « on est tous pris là-dedans. Il faut faire attention à ceux (nos employés) que nous avons », précisant qu’avec la situation actuelle, ce ne sont pas tous les clients qui font attention et qui respectent les consignes.

L’annonce de la décision, faite plus tôt cette semaine sur la page Facebook de l’entreprise, a suscité de nombreuses réactions, toutes positives. Les clients ont salué l’initiative qui montre « un grand respect pour les employés ».

« Oui, les commentaires sont tous positifs, assure M. Ouellet. La majorité des gens sont contents. »

L’entreprise régionale, qui se spécialise dans la vente et la réparation d’équipements et dans les vêtements de sport, n’échappe pas à l’engouement pour les vélos. Claude Ouellet remarque qu’il y a beaucoup de nouveaux adeptes, notamment de jeunes familles qui planifient des sorties estivales.

La Boutique Vo2 aussi

Le personnel de la Boutique Vo2 – une autre entreprise régionale – étant composé principalement de sportifs, le propriétaire a lui aussi pris la décision de fermer ses portes le dimanche. Il a décidé de le faire pour l’équilibre et la santé mentale de son équipe.

« Et le lundi, ils arrivent plus de bonne humeur », indique Dominic Piché.

Au début de la crise, l’entreprise a été fermée pendant deux semaines, avant d’être considérée comme un service essentiel. Il y a trois semaines, les affaires ont repris au complet, explique M. Piché, mais il avait eu le temps de se rendre compte que les clients s’adaptent.

« S’ils le savent, ils vont venir pendant les heures d’ouverture, assure-t-il. Et s’ils veulent quelque chose, ils vont trouver le temps de venir. »

M. Piché admet également avoir suivi le mouvement de ses compétiteurs. Il a en effet annoncé sa décision sur sa page Facebook trois jours après Ultraviolet Sports.

« Nous avons pas mal tous pris la même décision. Ça donne une pause aux employés et l’équilibre est bien important. Les employés sont contents. Il faut penser à nous aussi. J’ai vu des entreprises fermer temporairement parce que l’équipe était épuisée et je ne veux pas en venir là », conclut M. Piché.