La présidente du groupe de travail, Mélanie Paul, entourée du député de Dubuc Serge Simard et du chef Gilbert Dominique, lors de la conférence de presse destinée à présenter un guide pour faciliter le développement de partenariats d'affaires entre entreprises autochtones et allochtones.

Favoriser les partenariats avec les Autochtones

Pour renforcer le développement économique de la région, il faut faciliter le développement de partenariats d'affaires entre la communauté de Mashteuiatsh et les entreprises du milieu régional.
Pour y parvenir, le groupe de travail Premières Nations, créé à la suite du Sommet économique régional, a concocté un guide pour faciliter le développement de partenariats d'affaires entre entreprises autochtones et allochtones en évitant les pièges qui peuvent se présenter.
« Nous souhaitons de tout coeur que ce rapport et les recommandations qui le composent deviennent des outils d'amélioration de nos façons de travailler ensemble et qu'il soit un premier pas de rapprochement entre les gens d'affaires de notre communauté et ceux de la région. Nous souhaitons que nos recommandations soient prises en compte par les différentes instances gouvernementales et qu'elles soient rapidement mises en place et intégrées à leur façon de collaborer et de travailler en partenariat avec les Premières Nations. Une telle approche devrait servir de modèle pour l'ensemble des Québécois et lancer un signal clair pour des relations futures basées sur l'écoute, la transparence, le respect, la solidarité et l'entraide », a mentionné la présidente du groupe de travail, Mélanie Paul, lors d'une conférence de presse pour présenter le rapport.
Le groupe de travail avait aussi pour mandat d'assurer le suivi de projets de partenariats d'affaires pour tenter d'identifier les moyens de faciliter leur concrétisation, soit Inukshuk Synergy, BioChar Borealis et le Centre spécialisé en entrepreneuriat multiressources (CSEMR).
Le projet Inukshuk Synergy vise à équiper les communautés ou organisations qui ne sont pas reliées au réseau électrique standard d'unités de production d'énergie à base de granules de bois. L'initiative chemine toujours.
Projet plus connu
BioChar Borealis est un projet plus connu qui prévoit l'établissement d'une unité de transfert technologique et de recherche scientifique et de développement expérimental pour la production de biocharbon pour diverses fins comme l'agriculture, l'horticulture et la revitalisation de sols à partir de résidus forestiers.
Le Centre spécialisé en entrepreneuriat multiressources va dispenser des formations adaptées aux dirigeants d'entreprises existantes ou aux personnes intéressées à fonder une entreprise dans le domaine des ressources naturelles.
Le guide propose onze recommandations afin de réunir les conditions pour développer des partenariats gagnants. On demande notamment de réviser les règles actuellement utilisées pour garantir une soumission ou l'exécution d'un contrat en élargissant le mode de garantie pour faciliter l'accès aux contrats par des entreprises autochtones, dont le siège social est situé dans une communauté ou réserve autochtone. Aussi, on propose de revoir les règles permettant aux Premières Nations l'accès à du financement comparable à celui qui est offert aux municipalités lors de projets de partenariat.
De plus, on suggère d'intégrer des entrepreneurs autochtones aux comités, forums et groupes de travail mis en place par les gouvernements pour favoriser le développement.